Le document du mois

Avril

Vue du port de Lorient

Vue du port de Lorient, 1812 © Archives de Lorient – 31 Fi 149
Vue du port de Lorient, 1812 © Archives de Lorient – 31 Fi 149

Vue du port de Lorient
Eau-forte coloriée, 1812
Auguste Legrand, dessinateur ; Le Lorrain, graveur
13,3 x 21,8 cm
Réinterprétation d’une huile sur toile de Jean-François Hué, exécutée en 1792 et conservée au Palais du Luxembourg.

Lorient est vue du Scorff ou depuis les cales des chantiers de Caudan (Lanester). Les magasins de la Marine occupent l’arrière-plan de la gravure.

Jean-François Hué (1751-1823) est un peintre paysagiste et mariniste, élève de Joseph Vernet. Membre de l’académie des Beaux-arts, il a présenté ses peintures au Salon de Paris de 1781 à 1822. Il a terminé la commande des Ports de France commencée par son professeur et poursuivie par Nicolas Ozanne.
Auguste Legrand est le fils Louis Claude Legrand (1723-1807). Comme son père, il est dessinateur, graveur en taille-douce et éditeur.

L’activité de construction navale reste intensive après l’ère de la Compagnie des Indes. À partir de 1770, la Marine aménage et développe un arsenal. Le 21 septembre 1791, le port de Lorient est institué port militaire par décret. Il change de statut le  27 avril 1800, Lorient  devient préfecture maritime du 4e arrondissement, chargée de la direction des services de l'arsenal et de la sûreté des ports, de la protection des côtes, de l'inspection de la rade et des bâtiments qui y sont mouillés.
Au XIXe siècle, Lorient relève le défi de la révolution technologique navale, notamment grâce à Henri Dupuy de Lôme (1816-1885), ingénieur militaire du génie maritime. Lorient, devenu arsenal-port militaire français, figure parmi les cinq grands sites de la Marine française. Entre 1815 et 1870, les activités de l’arsenal constituent les piliers de l’économie lorientaise. Ainsi, l’avenir de la ville est étroitement lié à celui de l’arsenal. Lorient est aussi une ville de garnisons : artillerie coloniale et  de Marine dès la fin du XVIIIe, 3e dépôt des équipages de la flotte, 62e régiment d’infanterie à partir d’août 1871. Les lancements de navires, les revues militaires, les concerts et bals militaires rythment la vie lorientaise.
Les activités maritimes et commerciales se développent parallèlement. Elles se concentrent dans le bassin à flot et l’avant-port, jusqu’à la construction du quai de Kergroise en 1910 et le port de pêche de Keroman en 1927.