Le document du mois

Juin

Salle de spectacle projetée dans l'enclos de la Compagnie

Salle de spectacle projetée dans l'enclos de la Compagnie, 1777 © Archives de Lorient - 2 Fi 200
Salle de spectacle projetée dans l'enclos de la Compagnie, 1777 © Archives de Lorient - 2 Fi 200

Salle de spectacle projetée dans l'enclos de la Compagnie
Coupe, plan, 1777. Jean Detaille de Kerorgant, architecte
57,5 x 46 cm

Plan dessiné par Jean Detaille de Kerorgant, ingénieur des ponts et chaussées au département de Vannes. Ce plan est présenté en août 1777 lors du passage à Lorient de l’intendant de Bretagne Gaspard-Louis Caze de La Bôve.

En juillet 1773, Jean Detaille de Kerorgant établit un premier devis pour le gros œuvre et les aménagements d’une salle de spectacle. Ce document est visé par l’Intendant de Bretagne que le 23 août 1777.
Initialement prévu dans l’Enclos du Port, le projet est déplacé hors les murs. La municipalité recherche le meilleur moyen de le financer et opte pour une tontine (système Lafarge) financée par vingt actionnaires privés : le 1er avril 1777, le conseil municipal approuve le projet d'un emprunt de 50 000 livres en rente viagère. Le 24 mars 1778, le projet de construction d'une salle de spectacle est approuvé, sur un terrain concédé par la ville au bas du cours de La Bôve. L’eau étant stratégique en cas d’incendie, la proximité du bassin à flot a guidé le choix. Le contrat de cession est établi le 26 juin 1778. Concepteur du projet initial, Jean Detaille de Kerorgant est évincé de la conduite de l’édifice au profit de l’ingénieur Philippe Guillois.
Le théâtre ouvre ses portes le 7 avril 1780 et les loges honorifiques sont attribuées. C’est une salle de spectacle à l’italienne, en forme de fer à cheval avec un parterre et trois étages de galeries. Il s’apparente à celui construit à Morlaix ou à  Rennes.
Le théâtre peut accueillir jusqu’à 790 personnes. Il comprend des loges, des réserves, des bureaux, les appartements du directeur et la conciergerie. Le 21 janvier 1781, L’esprit Follet ou le dame invisible est la première représentation donnée par une troupe franco-italienne, en faveur des pauvres. Le théâtre devient propriété de la Ville le 11 août 1840, après le vote du 12 février 1840 où le conseil municipal décide, à l’unanimité, le rachat de l’usufruit des huit actionnaires. Le théâtre est détruit par le bombardement allié du 15 janvier 1943. La pièce Histoire de rire des tournées Baret qui devait être présentée le 17 janvier ne sera jamais jouée à Lorient.
Si l’activité théâtrale reprend après la guerre dans plusieurs salles, c’est en 2003 qu’un nouveau théâtre est construit, signé par Henri Gaudin, entre l’hôtel de ville, le stade Yves Allainmat et le centre aquatique au Moustoir.