Emmanuel Svob

Portrait d'Emmanuel Svob

Victor-Emmanuel Svob nait à Nantes le 5 juin 1874. Il vient très tôt à Lorient où il est ouvrier bijoutier.

A une époque marquée par les bouleversements politiques, économiques et sociaux de l'entre-deux-guerres il cumule pourtant trois mandats successifs comme maire de Lorient.

Membre du Parti socialiste, il entre au Conseil municipal de Lorient en 1919, comme chef de l'opposition. Dès 1925, il est maire. Battu en 1929 par Jules Le Grand, il est réélu maire en 1935, mais refuse de prêter serment au Gouvernement de Vichy et abandonne son mandat en avril 1941.

Après la Libération, en septembre 1944, il est rétabli dans ses fonctions par le gouvernement provisoire de la République du Général De Gaulle, choix confirmé par les élections de 1945. Défenseur de l'idéal laïque et de la classe ouvrière, c’est en donnant la priorité aux questions sociales qu’il marque à jamais la ville par son esprit actif et inventif.

Intéressé par les problèmes de l'Enfance, il fait acquérir dès 1925 par la ville la propriété de Soye, il fonde le Patronage Laïque des œuvres scolaires et post-scolaires de Lorient (PLL) dont il devient le Président. Il crée aussi l'inspection médicale dans les écoles primaires et modernise la plupart des équipements scolaires de la ville. Il fonde une école de plein air avec son aérium, premier bâtiment à avoir été construit pour les besoins d’une école de plein air au château de Soye. C’est sous premier mandat que le port de pêche de Keroman est inauguré en 1927.

Soucieux du bien-être de la population, il fonde le Crédit immobilier de l'Arrondissement de Lorient, fait édifier la Cité d'Habitations à Bon Marché (HBM) de Kerbataille ainsi que l’imposant lavoir moderne de Lorient. En 1935, il fait voter la construction de la Cité des Œuvres sociales sur l'emplacement de l'ancien hospice. Il crée aussi le Comité des Loisirs et met à sa disposition les terrains nécessaires à l'aménagement de jardins ouvriers.

Conscient de la nécessité de modifier le paysage urbain face aux changements de société, en 1935, il suit l’établissement du plan d'extension et d'embellissement de Lorient projetant une ville bien plus aérée. Pour centraliser le transport par route, il fait édifier une gare routière sur le Cours de Chazelles.

Administrateur dynamique et gestionnaire efficace, il est Président-Directeur de l'Union Coopérative Lorientaise dès sa fondation en 1913 et parvient à lui donner un véritable élan. Dans le monde de la presse, il est un des animateurs de l'Imprimerie ouvrière du Progrès qui éditait avant l'occupation le Rappel du Morbihan (organe hebdomadaire du Parti socialiste) et participe à la création du quotidien la Liberté du Morbihan.

En avril 1946, souffrant, Victor-Emmanuel Svob démissionne de sa fonction de maire et décède un mois plus tard, le 28 mai 1946 à l'âge de 71 ans.

Sources : Archives municipales et Wikipedia