Léo Le Bourgo

Portrait de Léo Le Bourgo
Portrait de Léo Le Bourgo

Léopold Victor Le Bourgo naît à Lorient le 19 mars 1868. Ses parents se sont mariés à Lorient le 27 avril 1867. Sa mère, Mélanie Alenau est sans profession et son père, Léopold Auguste Le Bourgo exerce la profession de maître armurier de la Marine. Ce dernier, embarqué sur l’aviso Le Talisman, décède à l’hôpital maritime de Fort de France (Martinique), le 25 novembre 1871. Sa mère décède à Lorient, le 29 décembre 1881. Orphelin, âgé de 13 ans, il est élevé par sa grand-mère paternelle, Marie Julienne Le Roch, veuve de Michel Marie Le Bourgo depuis le 25 mai 1843.

Bon élève, il obtient en 1880, une bourse qui lui permet de suivre ses études au lycée Dupuy de Lôme. Professeur de lettres, il est affecté dans des collèges et lycées du sud-ouest, notamment à Cognac ou il sera conseiller municipal et candidat aux élections législatives en 1906. Le 10 août 1895, il épouse à Albi (Tarn) Jeanne Marie Victoire Henriette Égalité Cabrol, maîtresse primaire au collège de Cognac. De leur union, naissent deux enfants : une fille restée célibataire, qui habite avec lui et sa femme jusqu’à son décès, et un fils, médecin de la Marine et professeur à l’école de santé navale de Bordeaux.

À la rentrée scolaire de 1908, il est nommé professeur de seconde au lycée de Lorient. En tant que lorientais aux convictions politiques de gauche, il fait partie du conseil municipal du 19 mai 1912 jusqu’aux élections du 7 décembre 1919 (sous les municipalités de Louis Nail puis de Pierre Esvelin) auxquelles il n’a pas souhaité se représenter.
Le 20 novembre 1916 le conseil municipal met aux voix le vœu proposé par Léo Le Bourgo de donner au lycée de garçons de Lorient le nom de lycée Dupuy de Lôme. Si l’assemblée générale des fonctionnaires du lycée adopte le même vœu le 20 décembre, il faut attendre le décret du 21 juillet 1922 qui donne officiellement au lycée, le nom de lycée Dupuy de Lôme.

Par arrêté municipal en date du 20 novembre 1919, il est nommé bibliothécaire – archiviste de la ville de Lorient. Ce poste était resté vacant depuis le décès de l’ancien bibliothécaire, le 23 février 1915, car la municipalité a alors jugé qu’une telle nomination n’était pas prioritaire en temps de guerre. Parallèlement, le professeur Le Bourgo, appelé par ses élèves « Poulet », continue d’enseigner au lycée Dupuy de Lôme jusqu’à son décès. Professeur honoraire du lycée de Lorient, conférencier à la Ligue des droits de l’Homme et à l’Université populaire, il est également président de l’amicale du lycée Dupuy de Lôme, de l’Entente universitaire du Morbihan et de la Régionale des professeurs chargés des cours de l’académie de Rennes. Il écrit diverses études notamment sur Auguste Brizeux, sur le siège de Lorient par les Anglais en 1746, des vers, des études littéraires et de nombreuses études d’histoire locale publiées dans les revues et dans les journaux.

En 1925, il décide de se présenter à nouveau aux élections municipales.
Le 17 mai 1925, il est élu premier adjoint au maire de Lorient sous la municipalité d’Emmanuel Svob. À partir de cette date, s’il continue à assurer les fonctions de bibliothécaire et d’archiviste municipal, il estime qu’il y a une incompatibilité morale à percevoir une indemnité annuelle pour ce travail alors qu’il en touche une autre en tant qu’adjoint au maire.
Avec Louis L’Hévéder, premier député socialiste du Morbihan en 1930, et Emmanuel Svob qui est considéré comme le fondateur du socialisme morbihannais, Léo Le Bourgo faisait partie du groupe dit des « 3 Mousquetaires socialistes ».
Le 21 octobre 1928, au second tour des élections cantonales, il est élu conseiller général du Morbihan pour le premier canton de Lorient. Avec Louis L’Héveder, élu au premier tour dans le canton de Pont-Scorff, il fait partie des deux premiers socialistes du département à occuper ce siège. Il exerce ce mandat jusqu’à son décès soudain.

Le 18 juin 1929, le conseil municipal décide de lui allouer à nouveau une indemnité en tant que bibliothécaire puisqu’il ne fait alors plus partie de la municipalité après les élections du 12 mai et l’installation du nouveau conseil le 19 mai 1929.
Il décède à Lorient le matin du 17 juillet 1932 à son bureau de la bibliothèque municipale, située au 66 rue de l’Hôpital (actuelle rue Jules Le Grand).

La rue Léo le Bourgo porte cette dénomination suite à une délibération du conseil municipal du 30 mars 1936 (ancienne rue du Port prolongée).