Famille Glotin

Louis Glotin
Louis Glotin

La  famille  Glotin  fait  partie  de  la  bourgeoisie  locale  depuis  le  XVIIIe siècle,  avec l’installation  à  Lorient  de  Pierre-François  Glotin  (1757-1824),  docteur  en  chirurgie  mais  plus particulièrement  accoucheur.  Il  aide  notamment  la  mère  d’Auguste  Brizeux  à  accoucher.

Originaire de Dinan, il épouse à Lorient, Marie-Sainte Le Bail avec qui il aura douze enfants dont Hyacinthe Caton Glotin. En 1789, il est nommé major des dragons nationaux de la garde nationale de Lorient et en 1791, il fait partie de la « Société des amis de la Constitution ». Il se tient à l’écart de la tourmente révolutionnaire.

Hyacinthe Caton Glotin (1794-1847), docteur en médecine, reçoit une médaille en 1823 et en  1828  pour  son  zèle  à  propager  la  vaccine.  Il  épouse  à  Lorient  en  1823  Modeste  Amélie Joséphine  Le  Discot  (1801-1876),  rentière  et  fille  d’un  docteur  en  médecine.  Le  couple  a  six enfants  dont  cinq  filles :  Amélie  Marie  Louise  (1824-1879),  Félicité  Hyacinthe  Marie  (1825-1908),  Marie  « Louise »  Gabrielle  (1826-1888),  religieuse,  Marie  Henriette  (1828- ?  ),  et Léontine Joséphine Marie (1835-1930), religieuse ursuline. Seul garçon de la famille, Hyacinthe Antoine naît à Lorient le 28 juin 1830 et y décède le 10 avril 1901. Hyacinthe Antoine, notaire, épouse à Lorient, en 1862, Marie-Joséphine Le Pontois (1842-1922), soeur de Philippe Eugène Le Pontois, négociant lorientais. La fille de Philippe Eugène, Marie Joséphine Pia Le Pontois (1869-1939), a pour parrain Giovanni Mastai (pape Pie IX). Hyacinthe  Antoine,  ancien  élève  au  petit  séminaire,  prend  en  1863  la  direction  de  la maison de commerce de son beau-père. Propriétaire de nombreux terrains et propriétés sur la commune, il est membre du conseil de fabrique de sa paroisse et de la société d’horticulture de Lorient. De  son  mariage  naissent  trois  enfants  :   Eugène  (1866-1868),  Marie  Hyacinthe  (1868-1930) et Marie-Joséphine (1871-1938).

Marie  Hyacinthe  est  né  à  Lorient  le  7  mars  1868.  Il  épouse,  à  Orvault,  Marie  Agathe Louise Angèle Gahier avec qui il a quatre enfants : Marie (1896), Louis (1898), Henri (1899) et Joseph (1904). Elève  à  l’institution  Saint-Sauveur  de  Redon,  il  étudie  ensuite  le  droit  à  l’institut catholique  de  Paris.  D’abord  avocat  à  Paris  puis  à Nantes,  il  vient  exercer  à  Lorient  en  1900. En 1904, il achète une étude d'avoué à Lorient. Parallèlement, il est administrateur de la Caisse d'Epargne de Lorient de 1912 à 1920, puis président jusqu'à son décès en 1930. Conseiller municipal républicain, membre du conseil de fabrique des paroisses de Merville et  de  Sainte-Anne  d'Arvor,  il  s'oppose  aux  inventaires  suite  à  la  séparation  de  l'Église  et  de l'État.  Défenseur  de  l'Église  catholique,  il  dénonce  les  lois  de  laïcisation  et  défend  les congrégations  religieuses.  En  1895,  il  achète  la  propriété  de  Kergonan  à  Plouharnel  pour  le compte des moines bénédictins. La République les expulse en 1901 mais lors de la mise en vente de l’abbaye en 1910, celui-ci la rachète permettant ainsi le retour de la communauté religieuse.

Cet  avocat,  héritier  propriétaire,  souhaite  créer  un  lotissement  à  Lorient  sur  des terrains qui dépendent de sa propriété sise avenue de la Marne et rue Gambetta. Le 21 mai 1926, le conseil municipal émet un avis favorable et approuve le plan d'alignement et de nivellement de la  voie  projetée,  destinée  à  desservir  le  terrain  loti.  Ce  même  jour,  le  conseil  prend  acte  de l'engagement  souscrit  par  Marie  Hyacinthe  Glotin  d’en  faire  abandon  gratuit  à  la  Ville  après l'avoir mise en état complet de viabilité. Le 3 décembre 1927, le conseil municipal accepte de satisfaire à la demande de Marie Hyacinthe Glotin en donnant à la nouvelle voie le nom de Hyacinthe Antoine Glotin, en mémoire de son père. Les travaux sont alors pratiquement terminés et la rue est classée dans la voirie urbaine de la Ville au printemps suivant, après que les réparations des tassements dus aux pluies d’hiver soient effectués par le donateur. Pendant la seconde guerre mondiale, la quasi totalité des immeubles qui la bordent a été réquisitionnée par les Allemands. Cette rue rend donc hommage au grand-père de maître Louis Glotin (1898-1973) avoué, qui fut maire de Lorient de 1959 à 1965. Louis  Glotin  naît  à  Nantes  le  18  mars  1898  où  son  père  exerce  alors  la  profession d’avocat. Après ses études à Lorient puis à la faculté de Paris, il prête serment au barreau de Lorient en 1921.  Entre temps, il est mobilisé en 1917 au 13e régiment d’artillerie jusqu’en 1920. A  partir  de  1927,  il  seconde  son  père  puis  lui  succède  après  son  décès  en  1930.  Il  le remplace  également  en  tant  qu'administrateur  de  la  Caisse  d'Épargne  de  Lorient.  Il  en  est nommé  président  en  1942  et  accède  par  la  suite  à  la  vice-présidence  de  l’Union  nationale  des Caisses d’Épargne de France.  En  1928,  il  épouse  Édith  Guillois,  fille  de  Louis  Guillois  qui  a  été  député  du  Morbihan (1932-1936). Comme son père, il s’engage dans la vie religieuse locale et lui succède au conseil paroissial de Sainte-Anne d’Arvor dont il assume la présidence. Engagé dans de nombreuses associations catholiques,  il  milite pour la liberté de l’enseignement.  Président  de  l’APPEL  (Association  des Parents  d’Élèves  de  l’Enseignement  Libre),  il  préside,  en  1954,  le  comité  de  reconstruction  de l’école technique Saint-Joseph. En 1959, pourtant en 11e position sur la « liste d’union » de la droite qui l’emporte face à la gauche désunie, il est élu maire à l’unanimité par le Conseil municipal. Il  est  nommé  chevalier  de  la  Légion  d’Honneur,  chevalier  du  Mérite  agricole  et commandeur du Mérite social. Après son échec aux élections municipales de 1965, il se retire de la vie politique. 

Sources :
-  Acte d’état-civil des Archives municipales de Lorient (série E)
-  chronologie familiale des Glotin établies par Bernard Glotin
-  Histoire générale des rues de Lorient, Louis Cren, 1940 (cote 7HB132)
-  Répertoire des noms de rue de Lorient, 1998 (cote 7HB133)
-  Lorient, ses hommes illustres, Patrick Bollet, 2005 (cote 7HB139)