Alain Joseph Dordelin

Armoiries de la famille Dordelin
Armoiries de la famille Dordelin

1764-1836
Contre-amiral
Chevalier de l'ordre de Saint-Louis
Commandeur de la Légion d'honneur
Comte de l'Empire

Alain Joseph Dordelin, fils d'un capitaine de la Compagnie des Indes, naît à Lorient le 13 mars 1764. A cette époque la ville est en état de choc mais l'activité commerciale se poursuit. Alain Dordelin embarque avec son père en 1772 pour une campagne en Chine. Quelques années plus tard, il navigue aux Indes dans l'escadre de Suffren où il retrouve de nombreux compatriotes, notamment Bouvet de Précourt dont la réputation est déjà grande. Il est nommé en 1780, enseigne de vaisseau et participe aux nombreux combats qui opposent dans le Golfe du Bengale le bailli de Suffren à l'amiral anglais Edwards Hugues. De février 1782 à juin 1783, la flotte française livre bataille sur bataille et inflige de nombreuses pertes à l'ennemi. Le 6 juillet 1782 à Negatapam, lors d'un engagement important le jeune Dordelin est blessé. A cette occasion, il affiche un courage à toute épreuve et sa conduite est remarquée. Après un séjour en France, il embarque, en 1786, comme lieutenant de vaisseau sur la Dryade pour une mission dans l'océan Indien.

Alain Dordelin est ensuite nommé capitaine de vaisseau et commande dans l'escadre de Villaret-Joyeuse la Nymphe puis le Tyrannicide. Il participe en 1794 au large d'Ouessant au combat qui oppose l'escadre à la flotte de l'amiral anglais Howe. Malgré la défaite, le combat permet le passage d'un convoi de ravitaillement venu des Antilles à destination de Brest qui est au bord de la famine. Il rejoint ensuite l'escadre de l'amiral Pierre Martin qui fait des prodiges en Méditerranée et tient en échec la flotte anglaise. Il prend part aux combats et se distingue une fois encore lors de la bataille du 13 juillet 1795. 

Alain Dordelin est nommé contre-amiral en février 1799. Il commande l'Indomptable dans l'escadre de Bruix et prend part aux différentes opérations militaires qu'impose la guerre contre les Autrichiens et les Russes.

Comme beaucoup d'officiers, Dordelin se rallie au 18-Brumaire. Il connaît l'intérêt du Premier consul pour la Marine. En 1801, il commande une division dans l'escadre du vice-amiral Villaret de Joyeuse qui cingle vers Saint-Domingue. Après avoir rempli sa mission, Alain Dordelin retrouve Brest en avril 1802. Il est heureux de servir à nouveau dans cette ville. La paix d'Amiens avec l'Angleterre lui donne un peu de répit. A Brest, Alain Dordelin poursuit sa carrière et commande en chef l'escadre de 1806 à 1808. En 1810, l'Empire le remercie et lui décerne le titre de comte. Il est nommé préfet maritime de Brest, puis commande la flottille de l'Escaut. C'est son dernier commandement, il prend en 1812 une retraite bien méritée et se retire dans sa ville natale où il décède le 22 novembre 1836.

Le 9 novembre 1963, le conseil municipal attribue le nom d'Alain Dordelin à une rue de la ville. 127 ans après sa disparition, la ville rendait hommage à la carrière exceptionnelle de ce grand marin.

Texte extrait de l'ouvrage Lorient, ses hommes illustres écrit par Patrick Bollet