Café de Paris et Pari Mutuel Urbain

Le Café de Paris obtient la ré-ouverture du bureau PMU à Lorient, comme avant-guerre

Les bombardements de janvier 1943 sur Lorient amènent la destruction quasi totale de la ville dont les commerces comme le Café de Paris, place Alsace-Lorraine, le 26 de ce même mois.

La période d'exode à Erigné (Maine et Loire) qui s'ensuit, dure plus de 3 ans, dont une année de difficiles tractations avec la Municipalité et le Ministère de la Reconstruction, avant de pouvoir se réinstaller en provisoire le 2 juin 1946 place Clémenceau.

Le Café de Paris reprend ses activités traditionnelles : bar, brasserie dans l'immeuble loué par monsieur Layec, commerçant à Hennebont. La SACEM lui accorde également l'autorisation de faire bal avec un orchestre de 4 ou 5 musiciens plusieurs fois par semaine, en après-midi et en soirée, ce qui a un énorme succès.

Mais avant guerre, Monsieur Mahé était aussi titulaire d'une licence de Bureau auxiliaire lui permettant d'exploiter dans son établissement le Pari Mutuel Urbain, dit PMU.

S'éloignant petit à petit des mauvais jours, et plus de 4 ans après la fin de la guerre, le 20 septembre 1949, monsieur Mahé adresse une demande au PMU afin d'obtenir, à nouveau, cette attribution dont il était détenteur jusqu'en 1943. Il lui est répondu aussitôt, que le Comité de Direction vient de décider la reprise de cette activité à Lorient.

Le 21 mars 1950, enfin, un courrier du PMU annonce à Monsieur Mahé qu'il a été décidé de lui attribuer la licence et, par conséquent, de procéder à l'ouverture d'un Bureau auxiliaire dans son établissement à compter du vendredi 24 mars 1950, sous l'indicatif NS 92.

Une clientèle d'habitués : médecins, pharmaciens et commerçants peut venir à nouveau, même des alentours de Lorient jouer régulièrement aux courses.

Béatrice Joly-Hacquard