Rue Victor Basch

Rue située dans le quartier du Moustoir, à l'angle du boulevard Blum et de la rue du professeur Emile Mazé.

Victor Basch, est né le 18 août 1863 à Pest, aujourd'hui en Hongrie, et mort assassiné par la milice française, le 10 janvier 1944 à Neyron dans l'Ain. il est un philosophe, universitaire français d'origine hongroise et cofondateur et président de la Ligue des droits de l'homme.
Victor Basch est issu d'une famille juive, il est le fils de Raphaël Basch et de Fanny Françoise Weissweiler. Lorsqu'il est enfant, la famille s'installe à Paris, au 62 rue Rodier.
Victor Basch fait de brillantes études au lycée Condorcet d'abord, puis ses études supérieures en allemand et en philosophie, à la Sorbonne. Il se marie le 7 novembre 1885, au temple de Pest, avec Ilona Fürth (Hélène Basch). Il est naturalisé français en 1887. Hélène et lui habitent d'abord à Paris au 8 rue Huysmans de 1913 à 1940.
Reçu à l'agrégation de langues vivantes en 1884, il devient professeur d'allemand et d'esthétique à l'université de Nancy ; il y restera de 1885 à 1887. Il sera ensuite professeur de philosophie à l'université de Rennes de 1887 à 1906. Ses travaux sur l'esthétique, en particulier L'Esthétique de Kant (1896), auront une profonde influence sur l'un de ses étudiants qui deviendra également l'un de ses disciples favoris, le jeune philosophe Valentin Feldman.
Socialiste anticonformiste, il s'est battu dans sa jeunesse pour Dreyfus. Septuagénaire, il a pris une part importante dans la naissance du Front populaire et a apporté son soutien aux républicains espagnols. En 1898, Victor Basch est le cofondateur, avec Ludovic Trarieux et Lucien Herr, de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen ; il en sera d'ailleurs le quatrième président à partir de 1926. Il s'inquiète très tôt de la montée du nazisme en Allemagne. Dans les années 20 et 30, il s'engage contre l'extrême droite et est même blessé en novembre 1930 par les Camelots du roi, lors d'un meeting houleux alors qu'il est âgé de 67 ans.
Inquiétés dès les débuts de l'occupation (son logement est pillé, Victor Basch perd ainsi nombre d'écrits entreposés dans l'appartement), ils fuient en zone libre, en 1940, et s'installent dans le quartier de Saint-Clair à Caluire-et-Cuire.
Investi dans la défense des droits de l'homme et dans la franc-maçonnerie, Victor Basch est recherché par Vichy. En janvier 1944, la milice de Lyon, dirigée par Paul Touvier, repère Victor Basch à Caluire-et-Cuire. Le 10 janvier 1944, accompagné d'une dizaine de miliciens (en particulier Lécussan, le chef régional de la milice) et du Lieutenant Moritz de la Gestapo, il participe lui-même à l'arrestation de Victor Basch et de son épouse Hélène, âgée de 79 ans, qui refuse de le laisser. Lécussan, accompagné d'autres miliciens et de Moritz, conduira alors le couple à Neyron dans l'Ain où Victor et Hélène Basch seront abattus de plusieurs coups de feu, le soir même.
Source : © Wikipedia

Appellation adoptée par délibération du Conseil municipal du 25 octobre 1958.