Rue Jacques Bonsergent

Rue située dans le quartier du Moustoir, parallèle au boulevard Léon Blum entre la rue de Kerlin et la rue Marc Sangnier.

Jacques Bonsergent (né en 1912 à Foveno, sur la commune de Missiriac dans le Morbihan, mort le 23 décembre 1940 à Paris) est un gadzarts et résistant français de la Seconde Guerre mondiale. Il était élève de l'École nationale supérieure d'arts et métiers d'Angers (promotion 1930), il participe au mouvement des Gadzarts. On lui attribue l’un des premiers faits de résistance dans Paris, et il fut aussi le premier civil parisien fusillé durant l'occupation allemande. Le 10 novembre 1940, il fut en effet mêlé involontairement à une bousculade au cours de laquelle un soldat allemand fut frappé. Ayant refusé de dénoncer le coupable, il fut condamné à mort et exécuté au fort de Vincennes ; il avait 28 ans. C'est afin de frapper l'opinion publique française qu'il avait été décidé qu'un tribunal militaire allemand condamne à la peine capitale Jacques Bonsergent pour faire un exemple. Faisant face au peloton d'exécution et avant de tomber sous la salve allemande, il remet à l'aumônier allemand, l'ayant accompagné durant sa dernière nuit, son insigne de Gadzarts. N'ayant jamais cessé de penser à la communauté gadzarique, une de ses dernières volontés est inscrite dans une lettre adressée la veille de sa mort à son camarade de promotion Roger Abadie. Dans ce texte, il évoque les souvenirs et les liens qui l'unissent à ses amis gadzarts et écrit ses derniers vœux pour sa famille. Sa famille a donné ce document historique, écrit au crayon dans des conditions précaires et difficile à déchiffrer, à la Société des ingénieurs Arts et Métiers qui le conserve depuis 2013 au Musée National gadzarts de Liancourt.
Source : @ Wikipedia

Appellation adoptée par délibération du conseil municipal du 20 août 1947