Souvenirs d'enfant

Témoignage de Georgette Pouleriguen

Interview réalisée en 2001 à l’occasion de l’exposition Lorient 1 ville, 1000 visages, 100 ans de photographies

J’allais à l’école, la petite école Sainte Anne. Je me souviens de bombardements pendant que j’étais à l’école. Je me souviens que dans la classe, on s’est précipité comme des petits poulets, vous savez, les uns par-dessus les autres, tellement on avait peur de tout ce qui pouvait se passer. …l’école a dû fermer peu de temps après.

On habitait au 3e étage rue de Merville, je venais juste d’avoir 6 ans. J’avais eu tellement peur. J’avais l’habitude de voir les bombardements. On descendait à la cave, on mettait une paire de chaussettes, une couverture. Et puis on commençait à trembler là-dessous. On tremblait comme des bouteilles. On était assez nombreux. Quand on est remonté au 3e, il y avait cette vue sur tout l’ensemble de Lorient, on voyait toutes les églises qui brûlaient, les gens qui hurlaient et mon père revenant de captivité et disant à ma mère « c’est pas possible, on ne peut pas la laisser ici, ça va continuer.

Pour ce qu’on mangeait, un peu de pain noir qu’on avait. Je me rappelle simplement le pain blanc que j’ai vu pour la première fois. C’était au Faouët ou j’étais en 1943, les petites filles de la campagne qui venaient et qui apportaient ce qu’elles avaient à manger, dans la cour de l’école. Et moi, je restais regarder ça. Ça sentait bon ! C’était extraordinaire ce pain là ! On avait le droit à une petite.. ; une petite miette.