Collège Le Coutaller

Projet Mémoire et commémorations

Fusiliers marins

Pourquoi mettre en place un projet de commémoration relatif à la première guerre mondiale?

  • Un constat: la mémoire de la Grande Guerre s'estompe de plus en plus. La disparition des derniers combattants y contribue.
  • Un impératif : nous devons contribuer à donner à nos élèves les repères indispensables à leur connaissance du monde actuel, à leur responsabilisation et à leur réflexion comme à leurs futures actions en tant que citoyen dans la société du XXIe siècle. Le meilleur moyen de les impliquer dans l'histoire locale de leur ville, ville de naissance ou d'accueil, consite, à travers l'étude de différents parcours de vie, à participer à une cérémonie commémorative.
  • Une obligation morale : le collège Jean Le Coutaller souhaite participer aux cérémonies commémoratives de la première Guerre Mondiale, dans le cadre du devoir de mémoire, pour rappeler à nos élèves les sacrifices consentis par les "Poilus" de la Grande Guerre (nos "grands anciens")
  • Une perspective d'avenir : il s'agit aussi en intégrant les horreurs, vécues par les soldats de toutes les nations belligérantes, les épreuves traversées de part et d'autre au cours de ce conflit, de rappeler ce que fut cette page dramatique mais commune de l'histoire de France, de ses alliés mais aussi de l'Allemagne. Ce qui est important pour notre jeunesse en mal de repères. A nous, Européens, de méditer un peu sur ces 1562 jours de guerre qui pèsent si lourd dans notre héritage et qui nous obligent à maintenir une amitié durable entre nos peuples autrefois ennemis.
  • Quel projet ?

    Se rendre aux côtés des fusiliers-marins de la base de Lorient-Lanester sur le champ de bataille de Dixmude et participer à leurs côtés aux cérémonies commémoratives en 2014 et 2015.

Pourquoi Dixmude ?

Il est probable que Verdun et la Marne seront les deux batailles de la Grande Guerre qui survivront dans la mémoire collective. Si la Marne a arrêté l'invasion allemande et évité un effondrement de la France, la bataille de Verdun a profondément marqué la Première Guerre mondiale au point d'en être le symbole et d'apparaître comme la plus grande bataille de l'histoire de France. Mais la bataille de Dixmude revêt pour nous Lorientais un caractère très particulier. C'est à cette occasion que furent engagés les premier et second régiments de la brigade des fusiliers-marins commandés par l'amiral Ronarc'h, Breton qui a vécu longtemps dans le pays lorientais.

C'est à Dixmude, que s'est joué là encore un enfer qui a épuisé les qualificatifs. La bravoure et la ténacité des "pompons rouges", l'étendue de leurs pertes dues à l'âpreté des combats a forcé l'admiration des autres unités combattantes. Se rendre à Dixmude, c'est suivre une unité de combat chère aux Lorientais.

Quel est l'intérêt éducatif pour des élèves de 3e de participer à une cérémonie commémorative ?

Commémorer c'est d'abord rendre hommage à ceux qui se sont battus et sont morts pour la Patrie. C'est également rendre un hommage à des hommes et des femmes qui ont lutté car ils refusaient la défaite. Ils voulaient défendre une cause plus importante que leur propre vie, à savoir la Liberté de la Nation et les valeurs fondamentales incarnées par la devise de la République.

L'élève d'aujourd'hui sera le citoyen de demain.

Quel est le contexte de l'établissement ?

De nombreux élèves connaissent des situations personnelles très difficiles : familiales, sociales, comportementales. Le collège compte 310 élèves dont 60 % de boursiers (et 33 % au taux 3). Le taux de familles défavorisées est de 82 % au sein du collège. On compte aussi de nombreux jeunes d'origine étrangère. Certains suivent des cours de Français Langue Étrangère (14 nationalités sont représentées au collège). Ils peuvent rencontrer des problèmes d'identité au sein de la société française, être en recherche de codes. Tout comme les enfants issus des gens du voyage, que nous accueillons également.

Nos élèves, surtout ceux qui ne bénéficient pas d'un environnement familial favorable, pourront-ils vraiment comprendre les ressorts du monde contemporain ? Savent-ils ce qu'a été la France ? Ce qu'est la France ?

Face aux risques qui menacent notre pays, à savoir :

  • la perte du sentiment d'appartenance à une communauté
  • l'ébranlement de la cohésion sociale
  • le déclin des valeurs communes et de la république qui avaient pourtant si bien su intégrer les différences.

L'ouverture culturelle et historique à travers un séjour pédagogique, apparaît comme l'une des réponses à ce besoin de repères. D'où l'importance de lutter contre les discriminations financières et sociales. L'enjeu d'un voyage scolaire est aussi d'emener ceux qui n'ont pas l'habitude d'y aller. L'École n'est pas là pour reproduire les inégalités sociales. Le voyage permet de travailler sur le terrain, in situ, et de donner du sens aux apprentissages. Il permettra à nos élèves de s'approprier leur histoire locale, notre Histoire, quelle que soit leur origine sociale, géographique, culturelle, religieuse ou ethnique et de renforcer ce sentiment d'appartenance à un même peuple. Les cérémonies commémoratives mais aussi l'histoire de France permettent d'aimer ce pays qui nous a vu naître ou que l'on a choisi. L'Histoire comme la langue et la culture sont de merveilleux vecteurs d'intégration.

Quels élèves ? Tous les élèves volontaires du niveau 3e (50 élèves)

Un parcours citoyen au cœur de l'Histoire

Préparer les cérémonies commémoratives par un travail en accompagnement éducatif avec des groupes d'élèves en sus des cours d'histoire-géographie (programme de 3e).

Travail de recherche historique en groupe (4 élèves) sur quelques-uns des fusiliers-marins membres de cette unité de combat en croisant la grande histoire avec l'histoire locale de leurs parcours de vie (de leurs origines au champ de bataille de Dixmude) :

  • Amiral RONARC'H Pierre-Alexis (Lorient)
  • ANDRE Joseph marie (Lorient Keryado)
  • LE PRIELLEC Hyppolite (Keryado) 
  • KELFERS Joseph (Lorient Keryado)
  • LE OUE Jean-Louis (Lorient)
  • LESAUSSE Jean-Marie René (Lorient)

Organisation d'un voyage scolaire à Dixmude

  • Participation active à la cérémonie commémorative de la bataille de Dixmude aux côtés des fusiliers-marins, voyage à bord du B.P.C. Dixmude du 8 au 10 octobre 2014 de Lorient à Zeebrugge avec 17 élèves acteurs du projet
  • Visite du champ de bataille.
  • Visite de la ville d'Ypres (première utilisation des gaz de combat)
  • Visite du parlement européen de Bruxelles et visite du Louvre 2 à Lens 

Travail transdisciplinaire :

  • Histoire-géographie : aujourd'hui à la veille des célébrations du centenaire du début de la première guerre mondiale. Il n'existe plus de Poilus encore vivants. La discipline histoire c'est-à-dire le "à apprendre" (enseigné à l'école) doit venir compléter l'hommage de la nation lié à la commémoration et permettre l'enracinement de la mémoire de la "guerre", à travers l'étude des parcours de vie de ces soldats. Travail en groupe aux archives de la Marine Nationale. Travail en groupe aux archives municipales de Lorient.
  • Français : analyse et réflexion autour de lettres des Poilus.
  • Technologie : travail de repérage à partir de cartes 
    • Mise en forme du travail numérique sur support vidéo
    • Présentation du travail aux différents partenaires. Travail sur des plaques commémoratives, en partenariat avec le Souvenir Français, sur le lieu de vie des fusiliers marins natifs de Lorient.