L'artisanat des tranchées

Croix gravée
Croix gravée
Douille d'obus gravée
Douille d'obus gravée
Montre à gousset
Montre à gousset
 

La sophistication de l’artillerie et les énormes quantités d’obus utilisés lors des combats de la Grande Guerre contribuent au développement de l’artisanat. Parmi les soldats, beaucoup étaient des travailleurs manuels : ébénistes, menuisiers, maréchaux-ferrants, ferblantiers, zingueurs, orfèvres. Le savoir-faire se partage au-delà des origines sociales.

Cet art consiste à graver et fabriquer des objets souvenirs ou décoratifs comme des bagues, des vases, des briquets, des coupes papier, des boites à bijoux,  des tabatières, des objets de piété, des maquettes d’avions... Les matières premières sont trouvées sur place : laiton et cuivre provenant des projectiles (douilles de balles, douilles et têtes d’obus) et de l’équipement individuel (quarts, gamelles, boutons), aluminium fondu, cuir, tissus, pierre, bois, paille et végétaux. Plusieurs techniques sont utilisées pour la gravure mais souvent ces moyens sont succincts : marteau de couvreur, burin, maillet, pince et tenailles. Les douilles pouvaient être remplies de braises afin de rendre le laiton plus souple pour le graver en profondeur. Certains décors sont ciselés à la molette et d’autres découpés puis collés sur les douilles.

Les motifs sont figuratifs mais les thèmes champêtres sont les plus répandus. Animaux, fleurs, feuilles de chênes et de lierre, chardon et la croix lorraine symboles d’une région en guerre.

Les indications de dates et de lieux comme Verdun, le prénom d’un être cher : femme, mère, fiancée sont également très courants.

Ces objets sont fabriqués dans les tranchées, à l’arrière des combats lors du repos, dans les camps de prisonniers mais également dans les arsenaux où le matériel ne manque pas.

La création est telle que des ateliers de fabrication sont mis en place, des expositions et des concours sont organisés. Certaines écoles de rééducation des mutilés en fabriquent aussi. Autour de cet artisanat une économie  se développe. Les objets sont vendus ou échangés contre des services. Certains objets sont réalisés après le conflit par les soldats restés sur les champs de bataille pour le travail de déminage et par des prisonniers de guerre, vendus dès 1919 aux touristes visitant les champs de batailles.

Obus gravé
Obus gravéDouille d'obus gravée
Boîte-Livre fabriquée avec une douille d'obus
Cadenas gravé