7 mai 1917 - 3 Morts pour la France

Garot François-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
48e Régiment d’infanterie  
1889-1917

Né à Keryado en Ploemeur (Morbihan), le 5 novembre 1889, de François, Marie Garot, ouvrier au port et de Marie, Jeanne Rivoual, ménagère. Il épouse à Lorient, le 30 juin 1913, Émilie Le Pochat. Recrutement de Lorient. Matricule 5803/483. Classe 1909. Il est tué à l’ennemi à l’attaque du Mont-Cornillet (Marne), le 7 mai 1917 à l’âge de 27 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech, le lundi 10 septembre 1917. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front et inhumée au carré militaire du cimetière de Carnel. Carré 50 bis - Tombe n° 115. Il habitait 9 rue Saint-Antoine à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.

Hervé Julien-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre
118e Régiment d’infanterie
1885-1917

« Chargé d’une progression à la grenade en plein jour dans un terrain très difficile, vu et battu par l’ennemi, comprenant la mission du sacrifice qui lui était demandée, a entraîné admirablement ses hommes et a progressé jusqu’au moment où il a été tué d’une balle à la tête. »

Né à Lorient, le 11 février 1885, de Julien, Marie Hervé, journalier au port et de Perrine Le Boulaire, repasseuse. Il épouse à Lorient, le 17 juillet 1909, Marie, Josèphe, Françoise Le Moal. Recrutement de Lorient. Matricule 12765/1002. Classe 1905. Cet ancien élève de l’École militaire des Andelys est cité à l’ordre de la brigade pour son comportement héroïque lors de la bataille de Verdun en 1916. Il est tué à l’ennemi à Heurtebise (Aisne), le 7 mai 1917 à l’âge de 32 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 21 juin 1917. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front, le vendredi 16 décembre 1921 à Vannes puis à Lorient. Ses obsèques se déroulent « dans la plus stricte intimité » le dimanche 18 décembre 1921, suivies de l’inhumation au cimetière de Carnel à Lorient. Carré 1. Tombe n° 14. Il habitait 46 rue Belle Fontaine à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor à Lorient et sur le monument commémoratif 1914-1918 des Enfants de troupe de l’École militaire des Andelys dans l’Eure.

Rioux Joseph-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
87e Régiment d’infanterie
1894-1917
Disparu au combat

Né à Le Blanc (Indre), le 8 avril 1894, de Joachim Rioux et de Marie, Yvonne Philipot. Recrutement de Lorient. Matricule 9953/1516. Classe 1914. Le 15 décembre 1914, il est mobilisé au 116e régiment d’infanterie et passe quelques mois plus tard au 148e d’infanterie. Le 8 juillet 1915, il est affecté au 87e et prend part aux combats de Tahure dans la Marne avant de passer l’hiver sur les Hauts-de-Meuse. En juillet 1916, le régiment participe à l’offensive alliée dans la Somme et occupe le secteur de Belloy-Barleux. Malgré un bombardement d’une violence inouïe, l’ennemi ne cède pas et l’assaut mené par l’infanterie se traduit par des pertes effrayantes et de nombreux blessés. Le 31 août, le soldat Rioux est blessé et évacué à l’arrière. Rétabli, il retrouve le front en Champagne et disparaît au combat à La Neuville (Marne), le 7 mai 1917 à l’âge de 23 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech, le mercredi 21 mai 1919. Il habitait 13, rue Emile-Zola à Lorient.