30 avril 1917 - 4 Morts pour la France

Le Maradour Jean-Marie-Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
Croix de guerre avec étoile de vermeil
2e Régiment d’infanterie
1890-1917

« Officier d’une bravoure admirable. Le 30 avril 1917 à brillamment enlevé sa section à l’assaut des tranchées ennemies sous un feu nourri de mitrailleuses et a atteint malgré des pertes sensibles l’objectif assigné. Tombé glorieusement en défendant avec la dernière énergie, la position conquise au cours d’une violente contre-attaque. »

Né à Guidel (Morbihan), le 25 juin 1890, de Jean, Marie Le Maradour, boulanger et de Marie, Héloïse Granjo, aubergiste. Il épouse à Lanester, le 17 février 1917, Virginie, Marie, Hélène Caurant. Recrutement de Lorient. Matricule 12694/1127. Classe 1910. Ce militaire de carrière est tué à l’ennemi au Bois de la Grille à Beine-Nauroy (Marne), le 30 avril 1917 à l’âge de 26 ans. Son nom figure sur le monument aux morts de Keryado.

Mahéo Louis-Joseph

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre avec étoile d’argent
328e Régiment d’infanterie 
1895-1917

« Officier d’une bravoure et d’un entrain exemplaires. Le 29 avril, a entraîné sa section à l’assaut de l’objectif assigné, malgré le feu violent d’une mitrailleuse ennemie. Est resté pendant 21 heures dans un poste avancé, maintenant au degré le plus élevé le moral de ses hommes. Est tombé glorieusement à son poste de combat. »

Né à Lorient, le 12 mars 1895, de Jean, Marie Mahéo, riveur au port et de Marie, Yvonne Le Stunff. Recrutement de Lorient. Matricule 16107/86. Classe 1915. Cet instituteur public enseigne pendant un mois à Pont-Scorff dans le Morbihan avant de partir au front. Après la Somme, le 328e cantonne en Lorraine avant de relever le 26 avril 1917 le 18e bataillon de chasseurs à pied au Mont-Sapigneul dans l’Aisne. De violents combats se déroulent quotidiennement et lors d’un affrontement particulièrement sanglant, le sous-lieutenant Mahéo est tué à l’ennemi à la cote 108 à Berry-au-Bac (Aisne), le 30 avril 1917 à l’âge de 22 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le jeudi 14 juin 1917. Il habitait 38 rue de l’Hôpital à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Poulizac Ange-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal
41e Régiment d’infanterie
1888-1917

Né à Glomel (Côte-du-Nord), le 5 décembre 1888, de Pierre Poulizac, cultivateur et de Hélène Dagorne, cultivatrice. Recrutement de Lorient. Matricule 03379/1459. Classe 1908. Le 3 août 1914, il est rappelé à l’activité au 41e régiment d’infanterie. Le 25 juin 1916, il est blessé à Verdun dans la Meuse. Rétabli, il rejoint son unité et est tué à l’ennemi à Mourmelon-le-Petit (Marne), le 30 avril 1917 à l’âge de 28 ans. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech. Son frère Yves est tué à l’ennemi le 20 septembre 1915 dans la Marne.

Pouria Pierre-Louis-Henri

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
20e Régiment d’infanterie
1897-1917

Né à Concarneau (Finistère), le 11 décembre 1897, de Georges, Louis, Eugène Pouria, coiffeur et de Victoire Botte. Recrutement de Lorient. Matricule 14420/116. Classe 1917. Il est incorporé le 8 janvier 1916 au 116e régiment d’infanterie et passe le 18 avril 1917 au 20e d’infanterie. Il décède de ses blessures de guerre à l’ambulance 7/17 de Mourmelon-le-Petit (Marne), le 30 avril 1917 à l’âge de 19 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le Lundi 4 juin 1917. Il habitait 27 rue Paul Bert à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis à Lorient et sur le monument aux morts de Concarneau.