25 avril 1917 - 6 Morts pour la France

Cojean Yves-Louis-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
74e Régiment d’infanterie  
1871-1917

Né à Pleven (Côte-du-Nord), le 22 octobre 1871, de Jean Cojean, cultivateur et de Marie, Josèphe Samson, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 13798/1926. Classe 1891. Il est tué à l’ennemi à Oulches (Aisne), le 25 avril 1917 à l’âge de 45 ans. Il est inhumé au cimetière militaire de Craonnelle dans l’Aisne. Tombe n° 1250. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le samedi 30 juin 1917. Il habitait 18 rue Lesage à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor.

Jacob Marcel-Joseph

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
81e Régiment d’artillerie lourde
1895-1917

Né à Sarzeau (Morbihan), le 7 juillet 1895, de Joseph, Marie Jacob, quartier-maître et de Marie, Françoise Guégan, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 17571/513. Classe 1915. Il décède de ses blessures de guerre à l’ambulance E 7/10 à Gueux (Marne), le 25 avril 1917 à l’âge de 21 ans. Il habitait 94 rue Carnot à Lorient.

Le Clanche Francis-Olivier-Joseph

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal fourrier
Médaille militaire
Croix de guerre avec étoile de bronze
76e Régiment d’infanterie
1896-1917

« Caporal d’un courage remarquable et d’une haute valeur morale. A été blessé mortellement le 25 avril 1917 en accomplissant une mission de surveillance. »

Né à Lorient, le 8 juin 1896, d’Édouard, Joseph Le Clanche, maître peintre et d’Angèle, Marie Simon. Recrutement de Lorient. Matricule 12741/68. Classe 1916. Il décède de ses blessures de guerre à Montigny-sur-Vesle (Marne), le 25 avril 1917 à l’âge de 20 ans. Une messe est dite pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le mercredi 6 juin 1917[1]. Le 1er juillet 1917, la section de Lorient de l’Action Française fait célébrer une messe à la chapelle de la Congrégation de la rue du Port, aux intentions de Francis Le Clanche « tombé pour la France au Champ d’honneur » et à la mémoire de tous les Français, Morts pour la Patrie. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front, le vendredi 5 mai 1922 à Vannes puis à Lorient. Ses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Louis, le mardi 9 mai 1922. Il habitait 18 rue de l’Assemblée Nationale à Lorient. Son nom figure sur la stèle commémorative de l’école Saint-Joseph à Lorient.


[1] Le 2 décembre 1917, l’Association amicale des anciens élèves de l’école Saint-Joseph informe leurs camarades qu’une messe sera dite en la chapelle de l’école, rue Dupleix, pour le repos de l’âme du caporal Le Clanche.

<xml> Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE </xml>

Naufrage du contre-torpilleur Étendard Le 25 avril 1917

Le contre-torpilleur[1] Étendard fait partie de la division des flottilles de la mer du Nord basé à Dunkerque. Le 25 avril 1917, il est coulé au canon par des torpilleurs allemands, entre Ostende et Dunkerque. [2]» Il n’y a aucun survivant à la suite de l’explosion de la soute à munitions touchée par un projectile. Il est cité à l’ordre de l’armée : «Le torpilleur d’escadre Étendard, sous l’action énergique de son commandant, le lieutenant de vaisseau Mazaré, s’est toujours distingué par sa belle tenue militaire et son ardeur. A péri glorieusement, dans un combat inégal contre plusieurs destroyers allemands, dans la nuit du 24-25 avril 1917. Trois marins lorientais périssent lors du naufrage du bâtiment.



[1]                      Le contre-torpilleur Étendard est construit à Bordeaux et mis en service en février 1909. C’est un bâtiment d’une longueur de  58 mètres  pour un déplacement de 344 tonnes. Il est armé d’un canon de 65 mm, de six canons de 47 mm et de deux tubes lance-torpilles. Son équipage se compose de 75 marins. Il est d’abord affecté à l’escadre du nord à Dunkerque puis en août 1914 à la 1e escadrille de la 2e escadre légère à Cherbourg.

[2]                      Journal officiel du 17 mai 1917.

<xml> Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE </xml>

Grand Eugène-Edmond

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître électricien
Torpilleur Étendard
1889-1917

Né à Lorient, le 22 août 1889, d’Edmond Grand, tapissier et d’Euphrasine, Anna Audic, tailleuse. Recrutement de Lorient. Matricule 91. Classe 1909. Il « disparaît » en mer à l’âge de 27 ans à bord du torpilleur d’escadre Étendard entre Ostende et Dunkerque (Nord) le 25 avril 1917. Son corps est retrouvé et dans son édition du 28 avril 1917, Le Nouvelliste du Morbihan signale : « Le quartier-maitre Eugène Grand, dont les obsèques auront lieu demain, samedi, à Dunkerque, avait fait comme tous ses camarades de la marine, l’héroïque sacrifice de sa vie pour le salut et la gloire de la France. Lui, non plus, n’aura pas vu la victoire finale. » Une messe est dite pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le mercredi 2 mai 1917. Sa dépouille mortelle est rapatriée, le vendredi 16 décembre 1921 à Vannes puis à Lorient. Ses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Louis, le dimanche 18 décembre 1921, suivies de l’inhumation au cimetière de Carnel. Il habitait 4 rue du Port à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Huet Louis-Hyppolite-Julien

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître armurier
Contre-torpilleur Étendard
1890-1917

« Marin courageux et dévoué, a péri glorieusement dans un combat naval. »

Né à Lorient, le 28 décembre 1890, de Louis, Marie Huet, dessinateur au port et de Marie Létoile, tailleuse. Il épouse à Lorient, le 9 juin 1914 : Jeanne, Yvonne, Charlotte Mahéo. Recrutement de Lorient. Matricule 930. Classe 1910. Le 7 décembre 1909, il s’engage à la 3e compagnie d’armuriers militaires de la marine à Lorient. Il disparaît en mer à l’âge de 26 ans à bord du contre-torpilleur Étendard entre Ostende et Dunkerque (Nord), le 25 avril 1917. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le jeudi 10 mai 1917. Son corps est retrouvé le 22 mai 1917 et inhumé à la nécropole nationale de Dunkerque. Tombe n° 1204. Dans sa vareuse, une montre et une chaîne sont récupérées et remises à la famille. Il habitait 38, rue de l’Hôpital à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Roger Georges-Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître électricien TSF
Contre-torpilleur Étendard
1892-1917
Disparu en mer

Né à Lorient, le 10 septembre 1892, d’Émile, François Roger, quartier maître vétéran au port et de Marie, Émilie Roger. Recrutement de Lorient. Matricule 906662/334. Classe 1912. Il disparaît en mer à l’âge de 24 ans à bord du contre-torpilleur Étendard entre Ostende et Dunkerque (Nord), le 25 avril 1917. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 31 mai 1917. Il habitait 19, rue du Lycée à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor.