25 octobre 1916 - 1 Mort pour la France

Garnier Charles-Louis-Édouard-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sergent
230e Régiment d’infanterie 
1896-1916

Né à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 22 août 1896. Recrutement de Marseille. Matricule 11367/2000. Classe 1916. Depuis le 7 septembre 1916, le 230e est à Verdun et se positionne à Vaux-Chapitre, dont la ligne est pilonnée jour et nuit par l’artillerie ennemie. Pour se protéger les hommes « gîtent dans les trous d’obus » et espèrent passer à l’offensive avant les rigueurs de l’hiver. Ils n’attendent pas trop longtemps, car il est prévu de reprendre les forts de Vaux et de Douaumont. Le 230e est chargé « d’enlever et de nettoyer tout le système de défense ennemi en direction du bois Fumin et de l’étang de Vaux.[1] » Les 22 et 23 octobre, le régiment monte en ligne sous un déluge de feu et se prépare à l’attaque. Le lendemain, la nouvelle de la prise de Douaumont, est un formidable encouragement pour le 230e chargé de réduire les ilots de résistance en avant du bois Fumin. Ce n’est pas une tâche facile pour les soldats confrontés aux mitrailleuses et à l’artillerie ennemie laquelle pilonne les positions nouvellement acquises. Le 25 octobre, les soldats se lancent à l’assaut des nids de résistance et du boyau d’Altenkirchen garni de mitrailleuses. Lors de cette dernière attaque, le sergent Garnier est tué à l’ennemi à Vaux-Chapitre (Meuse), le 25 octobre 1916 à l’âge de 20 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale Douaumont à Fleury-devant-Douaumont dans la Meuse. Tombe n° 2456. Il habitait 32 rue de Kerfontaniou à Lorient.


[1] Historique du 230e Régiment d’infanterie.