8 mars 1916 - 2 Morts pour la France

Allain Charles-Adolphe-François-Pierre-Constant

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

2e Canonnier servant
107e Régiment d’artillerie lourde
1887-1916

Né à Lorient, le 13 février 1887, de Paul, Marie Allain, journalier au port et de Jeanne, Marie Bondé. Il épouse à Lorient, le 7 juillet 1913 : Isabelle Le Gendre. Recrutement de Lorient. Matricule 05066/1227. Classe 1907. Ouvrier aux établissements maritimes du port de Lorient, il est mobilisé le 30 septembre 1914. Il décède de ses blessures de guerre à l’ambulance 2/13 à Verdun (Meuse), le 8 mars 1916 à l’âge de 29 ans. Il habitait 7 rue de la Comédie à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.  

Poiget Paul-Émile

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Lieutenant
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre avec étoile de vermeil
12e Régiment d’artillerie
1883-1916

« Tombé glorieusement le 8 mars 1916. »

Né à Lorient, le 25 février 1883, de Louis, Félix Poiget, agent de commissariat de la marine et d’Eugénie Philéas. Recrutement de Lorient. Matricule 17/894. Classe 1903. Il s’engage en 1904 au 28e régiment d’artillerie. Brigadier puis maréchal-des-logis, il intègre en 1910 l’École militaire de l’artillerie et du génie et est affecté au 50e régiment d’artillerie avant de rejoindre à la fin 1913, le 12e R.A.C. À la déclaration de guerre, il part au front avec ce régiment et se fait remarquer par sa bravoure en allant sauver à « la cote Notre-Dame-de-Lorette un canonnier blessé sous un feu violent d’obus explosifs. » Il est blessé, le 7 novembre 1914 lors des violents affrontements qui se déroulent à Ypres en Belgique et est l’objet d’une citation : « Au combat du 7 novembre, à la suite de la rupture de la ligne téléphonique reliant son groupe aux tranchées avancées de l’infanterie s’est rendu sous un feu violent aux tranchées et a été grièvement blessé dans l’accomplissement de sa mission. » Rétabli, il reprend du service et est tué à l’ennemi au Fort de Souville à Verdun (Meuse), le 8 mars 1916 à l’âge de 33 ans. Une messe est dite pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le samedi 15 avril 1916. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front, le dimanche 21 mai 1922 à Vannes puis à Lorient. Ses obsèques sont célébrées en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le lundi 29 mai 1922, suivies de l’inhumation au cimetière de Carnel. Carré 13 -Tombe n° 1. Il habitait 18 rue Duguay Trouin à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor et du lycée de Lorient. Son frère Georges est tué à l’ennemi le 13 octobre 1917 à Bray-en-Laonnois dans l’Aisne.