20 mars 1916 - 1 Mort pour la France

Allain Ange-Louis-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Lieutenant au long cours
Médaille militaire
Commandant du chalutier armé Ginette
Patrouilleur auxiliaire
Disparu en mer

« Chalutier Ginette : commandé par le premier-maître Allain. A pris part à l’évacuation de l’armée serbe sous la menace des sous-marins, des avions et des mines ; s’est particulièrement distingué à Valona où il a abattu un avion ; a sauté après avoir touché une mine et a coulé entrainant son Commandant et une partie de l’équipage. » Journal officiel du 31 mai 1916.

Né à Étables (Côtes-du-Nord), le 6 septembre 1889, d’Ange, Louis, Marie Allain, premier maître canonnier et de Marie, Thérèse Le Monnier, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 1982/900. Classe 1909. Il disparaît à bord du chalutier armé Ginette qui saute sur une mine posée par le sous-marin UC-14 au large de Corfou (Grèce), le 20 mars 1916 à l’âge de 26 ans. Le 7 février 1915, le chalutier Ginette est réquisitionné à La Rochelle (Charente-Inférieure) et se distingue en Méditerranée par l’évacuation de l’armée serbe. Cette dernière est en situation délicate à la suite de l’offensive générale lancée en octobre 1915, par les forces allemandes. En infériorité numérique, les troupes serbes sont obligées de se replier et rejoignent après un périple dramatique en Albanie la côte Adriatique. Devant la détresse de cette armée et des milliers de réfugiés qui l’accompagne, les Alliés décident au début de janvier 1916 de les évacuer depuis le port de Valona vers l’île de Corfou. À cet effet, le chalutier Ginette s’acquitte parfaitement de sa mission jusqu’au 20 mars 1916, où il saute sur une mine posée par le sous-marin UC 14 au large de Corfou et coule rapidement. Il est cité à l’ordre de l’armée : « Le chalutier Ginette, commandé par le maître de manœuvre Allain, appartenait à la 1e escadrille de patrouilles de l’Armée navale. Il a sauté sur une mine le 20 mars 1916. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 13 avril 1916. Il habitait 24 rue du Vieux Carnel à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor et du lycée de Lorient.