4 juillet 1916 - 3 Morts pour la France

Guérin Léon-Lucien-Pierre

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
88e Régiment d’infanterie territoriale
1878-1916

Né à Lorient, le 30 juin 1878, de Joseph, Louis, Désiré Guérin, calfat et de Marie, Jeanne, Louise Bernard, tailleuse. Il épouse à Lorient, le 10 août 1902, Maria Le Fort. Recrutement de Lorient. Matricule 4919/1401. Classe 1898. Il décède de ses blessures de guerre à l’hôpital mixte de Rouen (Seine-Inférieure), le 4 juillet 1916 à l’âge de 38 ans. Il est inhumé au carré militaire du cimetière communal Saint-Sever à Rouen. Carré M. Plan 6. Tombe n° 14. Il habitait 47 rue de la Comédie à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.  

Lemaître Jean-Pierre

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 1e classe
1e Régiment de marche de la Légion étrangère
1881-1916
Disparu au combat

Né à Barcelone (Espagne), le 25 avril 1881, de Jean Lemaître et d’Eugénie Ancelot. Recrutement de la Seine. Matricule 15855/155. Classe 1901. Il disparaît au combat à Belloy-en-Santerre (Somme), le 4 juillet 1916 à l’âge de 35 ans. Après quelques jours de combats acharnés dans la Somme, les troupes françaises progressent et infligent des pertes sérieuses à l’ennemi. La Légion est alors chargée d’enlever Belloy-en-Santerre : «A six heures du soir, elle part en formation de combat à travers une prairie toute plate. À 600 mètres du but, les mitrailleuses démasquées fauchent ses rangs. Les hommes, les officiers sont fauchés comme des épis. Mais, Belloy est tout de même enlevé avec une furie splendide1.» Une citation à l’ordre de l’armée récompense le régiment : «Sous l’énergique commandement de son chef, le lieutenant-colonel Cot, le régiment de marche de la Légion étrangère, chargé, le 4 juillet 1916, d’enlever un village fortement occupé par l’ennemi, s’est élancé à l’attaque avec une vigueur et un entrain remarquables. A conquis le village à la baïonnette, brisant la résistance acharnée des Allemands et s’opposant ensuite énergiquement à toutes les contre-attaques de renforts amenés dans la nuit du 4 au 5 juillet 1916. A fait 750 prisonniers, dont 15 officiers, et pris des mitrailleuses.2»

1 Lors de cette attaque le tiers du régiment est mis hors de combat. Livre d’or de la Légion étrangère.

2 Historique du 1er Régiment de marche de la Légion étrangère.

Thomas Jean-Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
415e Régiment d’infanterie
1889-1916

Né à Lorient, le 26 septembre 1889, de Louis Thomas, garçon marchand de vin et de Francine, Louise Le Bail, tailleuse. Recrutement de Toulon. Matricule 7083/1165. Classe 1909. Il est tué à l’ennemi aux Éparges (Meuse), le 4 juillet 1916 à l’âge de 26 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Joseph de Keryado, le lundi 5 mars 1917. Son nom figure sur le monument aux morts de Keryado.