2 février 1916 - 2 Morts pour la France

Cargueray Louis-Stanislas

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
Médaille militaire
Croix de guerre
1er Régiment d’artillerie coloniale
1871-1916

« Officier doué des plus belles qualités militaires. Tué par un éclat de projectile en se rendant à son poste de commandement. » Citation à l’ordre de l’armée du 9 mars 1916.

Né au Faouët (Morbihan), le 7 novembre 1871, de Jean Cargueray, charpentier et de Marie, Josèphe Guillemot, ménagère. Époux d’Anne, Marie, Hélène Miler. Recrutement de Lorient. Matricule 762. Classe 1891. Le 25 septembre 1916, lors de la bataille de la Main de Massiges et après une intense préparation d’artillerie « nos braves marsouins se portent à l’assaut et avancent rapidement. Ils gravissent, baïonnette au canon les pentes escarpées de la Main de Massiges.» Pendant plusieurs jours, les hommes se battent courageusement. C’est le cas du sous-lieutenant Cargueray récompensé par une citation : « Bon officier qui s’est fait remarquer depuis le début de la campagne par sa bravoure. S’est particulièrement distingué le 28 septembre 1915 en assurant le commandement de la batterie de tir sous un feu violent d’artillerie. » Le régiment est ensuite engagé dans la Somme et les batteries du 1er RAC prennent position dans la région de Cappy malgré un feu violent de l’artillerie ennemie. De nombreux soldats sont décimés par la mitraille allemande dont le sous-lieutenant Cargueray tué à l’ennemi à Cappy (Somme), le 2 février 1916 à l’âge de 44 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale d’Albert dans la Somme. Tombe n° 3153. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le samedi 11 mars 1916. Il habitait 52, avenue de Carnel à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor.


Picard Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 1e classe mécanicien
Patrouilleur auxiliaire Jean-Bart II
1888-1916
Disparu en mer

Né à Lorient, le 23 avril 1888, d’Hippolyte, Marie Picard, maçon et de Marie, Louise Le Cunff, lingère. Il épouse à Lorient, le 10 avril 1915, Marie, Louise Le Goulven. Recrutement de Lorient. Matricule 216103/1264. Classe 1908. Il disparaît en mer Adriatique à bord du patrouilleur Jean-Bart II, torpillé par le sous-marin autrichien U-4 au large de Durazzo (Albanie), le 2 février 1916 à l’âge de 27 ans. Il habitait 46 rue du Pont à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.