5 mars 1915 - 6 Morts pour la France

Evano Lucien-Joseph

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
72e Régiment d’infanterie
1894-1915

Né à Lorient, le 19 septembre 1894, de Joseph Evano, charcutier et de Jeanne, Louise Le Tutour, charcutière. Recrutement de Lorient. Matricule 6209/1052. Classe 1914. Il est tué à l’ennemi à Mesnil-lès-Hurlus (Marne), le 5 mars 1915 à l’âge de 20 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le vendredi 23 avril 1915. Il habitait  43, rue de l’Hôpital à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Fèvre Claude-Yves-Louis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
72e Régiment d’infanterie
1891-1915

Né à Lorient, le 27 septembre 1891, de François, Auguste Fèvre, professeur de mathématiques au lycée de Lorient et de Marie, Louise Le Clanche. Recrutement de Lorient. Matricule 4177/2483. Classe 1911. Le 15 septembre 1913, il est incorporé au 62e régiment d’infanterie et passe le 24 janvier 1915 au 72e d’infanterie. Il est tué à l’ennemi à Mesnil-lès-Hurlus (Marne), le 5 mars 1915 à l’âge de 23 ans. Il habitait la rue Georges Collier à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis et du lycée de Lorient.

Frédric Émile-Théodore

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sous-lieutenant
62e Régiment d’infanterie
1881-1915

« Profitant du brouillard, s’est porté en avant des tranchées à plusieurs reprises. A fait donner la sépulture à un corps gisant à 60 mètres des fils de fer allemands, a recueilli plusieurs armes et des effets d’équipement. Se préparait à faire creuser une fosse pour d’autres corps quand signalé, il a dû se retirer sous un feu violent. ».

Né à Lorient, le 5 janvier 1881, de Georges, Nicolas Frédric, cantinier du régiment d’artillerie de la marine et de Marie, Julienne Plunian, cantinière. Cet instituteur public épouse à Lorient, le 3 janvier 1905, Marie-Antoinette Loisel, institutrice. Recrutement de Lorient. Matricule 620/20. Classe 1901. Il décède de ses blessures de guerre à Authuille-Ovillers (Somme), le 5 mars 1915 à l’âge de 34 ans. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front, le vendredi 16 décembre 1921 à Vannes puis à Lorient. Les obsèques de cet instituteur à l’école de Merville et ancien président de l’Union mutualiste sont célébrées le dimanche 18 décembre 1921, suivies de l’inhumation au carré militaire du cimetière de Carnel à Lorient. Carré 50 bis - Tombe n° 58. Il habitait 20 rue de l’Église à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Le Saint Hypolithe

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
72e Régiment d’infanterie
1881-1915

Né à Langoëlan (Morbihan), le 27 mai 1881, de Charles Le Saint, tisserand et de Marie, Anne Le Merdy, ménagère. Il épouse à Silfiac (Morbihan), le 12 janvier 1907 : Marie-Louise Le Moing. Recrutement de Lorient. Matricule 012593 bis/1196. Classe 1901. Employé aux établissements maritimes du port de Lorient, il est mobilisé au 62e régiment d’infanterie. Le 25 janvier 1915, il est affecté au 72e d’infanterie et est tué à l’ennemi à Mesnil-lès-Hurlus (Marne), le 5 mars 1915 à l’âge de 33 ans. Il habitait 4 rue de la Concorde à Lorient.

Parpiel Marius-Alphonse

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
72e Régiment d’infanterie
1881-1915

Né à Savenay (Loire-Inférieure), le 4 septembre 1881, de Marius, Benoit Parpiel, machiniste et de Maria Dubois. Recrutement de Lorient. Matricule 12835/186. Classe 1901. Cet étudiant en pharmacie est tué à l’ennemi à Mesnil-lès-Hurlus (Marne), le 5 mars 1915 à l’âge de 33 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech, le samedi 24 avril 1915. Il habitait  20 rue Philippe à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech et de l’institution Saint-Louis à Lorient, mais également sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan.

Rodier Charles-François

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
72e Régiment d’infanterie
1887-1915

Né à Châteaubriant (Loire-Inférieure), le 27 décembre 1887, de François Rodier, maître d’hôtel et de Marie-Louise Rio. Recrutement de Nantes. Matricule 01864/316. Classe 1907. Le 3 août 1914, il est mobilisé au 62e régiment d’infanterie à Lorient et passe le 25 janvier 1915 au 72e d’infanterie.  Il est tué à l’ennemi à Mesnil-lès-Hurlus (Marne),  le 5 mars 1915 à l’âge de 27 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le lundi 22 mai 1916.  Il habitait 18, rue Fénelon à Lorient. Il était le fils du directeur de l’hôtel des Voyageurs à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.