18 mars 1915 - 20 Morts pour la France

Bertrand Paul-Victor

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal
170e Régiment d’infanterie
1894-1915

Né à Moyenmoutier (Vosges), le 26 avril 1894, de Victor, Camille Bertrand et de Marie, Camille Baderot. Recrutement d’Épinal. Matricule 4742/1376. Classe 1914. Il est tué à l’ennemi à Mesnil-lès-Hurlus (Marne), le 18 mars 1915 à l’âge de 20 ans. Il habitait 12 place Alsace Lorraine à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis.

Besnard Emmanuel-Marie-Mathurin

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître mécanicien
Cuirassé Bouvet
1884-1915
Disparu en mer

Né à Broons (Côtes-du-Nord), le 1er avril 1884, de Mathurin Besnard, chef cantonnier et de Prudence Chevalier, ménagère. Il épouse à Keryado, le 2 juillet 1907, Clémentine, Joséphine Lozachmeur. Recrutement de Lorient. Matricule 1528. Classe 1904. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 30 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Joseph de Keryado, le mardi 4 mai 1915. Son nom figure sur le livre d’or de la ville de Lorient et sur le monument aux morts de Keryado.

Colcanap Auguste-Armand-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître  T.S.F.
Cuirassé Bouvet
1887-1915
Disparu en mer

Né à Saint-Fulgent (Vendée), le 23 novembre 1887, de Charles, René Colcanap, gendarme et de Anne, Marie, Cécile Le Penven. Matricule 186763/2918. Classe 1907. Le 19 janvier 1906, il s’engage au 3e dépôt des équipages à Lorient. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 27 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le mardi 11 mai 1915. Il habitait 1 rue Ernest Renan à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis. Madame Colcanap perd en une semaine son mari (10 mars 1915) et son fils Auguste (18 mars 1915). Elle avait déjà « donné » au pays son fils Charles (15 septembre 1914). Par la suite,  son troisième enfant Paul décède de ses blessures de guerre, le 30 septembre 1916 à Bray-sur-Somme à l’âge de 19 ans.

Cosmao-Dumanoir Eugène-Édouard

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Capitaine de frégate
Chevalier de la Légion d’honneur
Cuirassé Bouvet
1867-1915
Disparu en mer

« Lorsque le bâtiment a été touché par une mine, est resté au pied de l’échelle de l’avant du poste central, encourageant le personnel au calme jusqu’à ce qu’il soit englouti lui-même avec le bâtiment. »

Né à Lorient, le 7 novembre 1867, de Léon, Armand Cosmao-Dumanoir, capitaine de vaisseau, chevalier de la Légion d’honneur et d’Amélie, Marie Cosmao-Dumanoir. Il épouse à La Flèche (Sarthe), le 6 février 1910, Agnès, Amélie Coquelin de l’Isle. Il entre à l’École navale en 1885 et est nommé aspirant le 5 octobre 1888. Après de nombreuses affectations à la mer qui le conduisent du croiseur Aréthuse au cuirassé Formidable puis à l’aviso-escorteur Scorff, il rejoint en 1897, l’escadre de la Méditerranée où il sert sur le cuirassé  Redoutable. Lieutenant de vaisseau, il embarque à Toulon sur le vaisseau-école des canonniers la Couronne et est affecté ensuite comme officier-canonnier sur le Charlemagne. En 1902, il est à Lorient et siège à la commission de Gâvres dans le Morbihan avant de reprendre la mer. En 1914, il est nommé capitaine de frégate et retrouve l’escadre de la Méditerranée sur le cuirassé Bouvet commandé par le capitaine de vaisseau Rageot de La Touche. Le 18 mars 1915, lors d’une « expédition » dans les Dardanelles afin de forcer la passe de Chanak puissamment défendue par les forces ottomanes, le cuirassé Bouvet heurte une mine dérivante et sombre en quelques minutes. La mort héroïque du capitaine de frégate Eugène Cosmao-Dumanoir provoque une intense émotion parmi la population.

Le 22 avril 1915, un service religieux est célébré en l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech pour « le repos de l’âme du capitaine de frégate Cosmao-Dumanoir, second du Bouvet, et pour les victimes disparues avec lui dans les Dardanelles. » Le recteur de la paroisse, le chanoine Le Guéhennec, rend « un hommage éloquent à l’admirable mort des officiers et de l’équipage du Bouvet. Il loue le sacrifice du commandant Cosmao-Dumanoir et indique qu’à l’exemple de son père, qui, après avoir noblement servi la France dans la marine, voulu consacrer sa verte vieillesse au service de la paroisse et de l’Église, il fut un vrai chrétien et un vrai Français. » Il rappelle aux participants à cette cérémonie « qu’un navire porte le nom de sa famille et un de ses neveux, à peine au sortir de Saint-Cyr, est également tombé pour la France. Dieu veut de pures et nobles victimes. Associons dans notre âme ceux qu’a réunis la fraternité de la mort et prions le Dieu de la miséricorde de leur donner le repos éternel. » Le 19 novembre 1915, le conseil municipal de Lorient attribue le nom de Cosmao-Dumanoir à une rue de la ville en souvenir « de l’héroïque commandant en second du Bouvet. » Au cimetière de Kerentrech, une stèle placée devant la sépulture de la famille rappelle sa conduite glorieuse. Carré 39 - Tombe n° 45.

Il habitait « Le Verger » 6 rue François Jégou à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech, du lycée de Lorient et sur le monument aux morts du carré militaire du cimetière de Carnel à Lorient.

Coussot Jules

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître armurier
Cuirassé Bouvet
1892-1915
Disparu en mer

Né à Saint-Sulpice-de-Royan (Charente), le 9 août 1892, de Moïse, Zébédée Coussot, quartier-maître clairon et d’Hermine, Eugénie Guillin, lingère. Il épouse à Lorient, le 6 janvier 1914, Marie-Louise Le Mentec. Matricule 52. Le 1er mars 1910, il s’engage à Lorient à la 3e compagnie d’armuriers militaires de la marine. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 22 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le vendredi 23 avril 1915. Il habitait 40 rue du Couëdic à Lorient.

Diard Yves-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître timonier
Cuirassé Bouvet
1881-1915
Disparu en mer

Né à Caudan (Morbihan), le 25 février 1881, de Théophile, Onésime Diard, sergent d’armes et d’Ephraïde, Sophie Vanvenboomgaërde, ménagère. Il épouse à Lorient, le 10 octobre 1903 : Fanie, Adolphine Mahévo. Recrutement de Lorient. Matricule 451/1096. Classe 1901. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 34 ans. Il habitait 8 impasse du Puits-Ferré à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.

Huet Aimé-Adolphe-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Maître-mécanicien
Cuirassé Bouvet
1884-1915
Disparu en mer

Né à Lorient, le 16 février 1884, de Louis, Marie Huet, deuxième maître de la flotte et de Marie, Anne Paimpec, tailleuse. Il épouse à Toulon (Var), le 17 février 1912, Marguerite Estrangin. Recrutement de Lorient. Matricule 1800/162. Classe 1904. Il disparaît à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 31 ans. Il habitait l’impasse Du Guesclin à Lorient. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 15 avril 1915. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor à Lorient et sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan.

Le Bouard Lucien-Eugène-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître armurier
Cuirassé Bouvet
1882-1915
Disparu en mer

Né à Lorient, le 11 janvier 1882, d’Eugène, Olivier Le Bouard, chaudronnier et de Marie, Yvonne Marrec, lingère. Il épouse à Lorient, le 4 novembre 1905 : Marie, Élisabeth Bellec. Recrutement de Lorient. Matricule 399. Classe 1902. Le 3 avril 1900, il s’engage à Lorient à la 3e compagnie d’armuriers militaires de la marine. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 33 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Brigitte de Merville, le jeudi 17 juin 1915. Son nom figure sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan.

Le Cras Joseph-René

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 1e classe mécanicien
Cuirassé Bouvet
1891-1915
Disparu en mer

Né à Lorient, le 13 janvier 1891, d’Antoine, Noël Le Cras, cocher et de Marie, Françoise Tallec.  Matricule 253333/2314. Classe 1911. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 24 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le jeudi 22 avril 1915. Il habitait 13, rue de l’Assemblée-Nationale à Lorient. Son nom figure sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan.

Le Dréan Jules-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 1e classe armurier
Cuirassé Bouvet
1895-1915
Disparu en mer

Né à Lorient, le 23 juillet 1895, de Joseph, Marie Le Dréan, pompier de la marine et de Marie, Julienne Noël.  Matricule 20097. Classe 1915. Il  disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet,  le 18 mars 1915 à l’âge de 19 ans. Il habitait 94 rue du Port à Lorient. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le lundi 19 avril 1915. Son nom figure sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan.

Le Ruyet Aimé-Mathurin

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
Croix de guerre
118e Régiment d’infanterie
1892-1915

Né à Lorient, le 10 avril 1892, de Mathurin, Marie Le Ruyet, charretier et de Joséphine, Thérèse, Josèphe Pourhiet. Recrutement de Vannes. Matricule 152. Classe 1912. Incorporé le 30 novembre 1914 au 118e régiment d’infanterie, il est tué à l’ennemi à Albert (Somme), le 18 mars 1915 à l’âge de 22 ans. Il est inhumé au carré militaire dit des « Bretons » au cimetière communal d’Albert (Somme). Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.

Le Stang André-Guillaume-Léon

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 1e classe artificier
Cuirassé Bouvet
1895-1915
Disparu en mer

Né à Hennebont (Morbihan), le 19 novembre 1895, de Thomas Le Stang, cuisinier et de Julienne, Marie, Josèphe Rohan, ménagère. Matricule 981182. Classe 1915. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 19 ans. Il habitait 1, rue de la Mairie à Lorient.

Malardé Jean-Marie-Léon

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître mécanicien
Cuirassé Bouvet
1890-1915
Disparu en mer

Né à Keryado, le 16 novembre 1890, de Joseph Malardé, journalier au port et de Marie, Josèphe Fichoux, tailleuse. Recrutement de Lorient. Matricule 194223. Classe 1910. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 24 ans. Il habitait 8 rue des Lilas à Lorient. Son nom figure sur le monument aux morts de Keryado.

Ollivier Jean-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 2e classe chauffeur
Cuirassé Bouvet
1893-1915
Disparu en mer

Né à Lorient, le 4 juin 1893, de Jean-François Ollivier, journalier et d’Eudoxie Burtel. Matricule 247013. Classe 1913. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 21 ans. Il habitait 25 rue de Kergroise à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor.

Onffroy-de-Vérez Charles-Jules-Marie-Arthur

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Chef de bataillon
Officier de la Légion d’honneur
Croix de guerre
Commandant le 2e bataillon du 53e Régiment d’infanterie
1860-1915

« Officier supérieur d’une bravoure remarquable et d’un sang-froid admirable. Le 18 mars 1915, chargé avec son bataillon d’enlever une tranchée ennemie, s’est élancé magnifiquement à la tête de son unité ; a conquis la position qui lui avait été assignée comme objectif et sur laquelle il trouva une mort glorieuse. »

Né à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 13 novembre 1860, d’Henry, Guy Onffroy-de-Vérez, receveur de l’enregistrement et de Marie, Anne, Henriette Harvey. Il épouse le 25 février 1911 à Alger, Marie, Manuella Vengud. Recrutement de Lorient. Matricule 353/1047. Classe 1880. Le 12 novembre 1881, il s’engage au 117e régiment d’infanterie et découvre la vie militaire. Sergent-major, il entre en 1886 à l’École militaire d’infanterie de Saint-Maixent promotion « Fleuve Rouge » et commence une carrière d’officier notamment au 1er régiment de zouaves où il sert en Algérie de 1893 à 1898.  Capitaine, il rejoint le 163e régiment d’infanterie « stationné » en Corse et passe quelques années plus tard au 53e d’infanterie. Depuis le mois d’octobre 1914, le 53e sous les ordres du général d’Urbal est engagé dans la bataille de l’Yser. Le 2 novembre 1914, à la tête du 1er bataillon du 53e, le chef de bataillon de Vérez est blessé. Au début de janvier 1915, le régiment cantonne dans la région d’Arras et se prépare en vue des prochaines offensives. Le 1er février 1915, il reçoit la visite du général Joffre accompagné du général Foch et Dubail qui passent les troupes en revue. Lors de cette prise d’armes, le chef de bataillon de Vérez est fait officier de la Légion d’honneur. Quelques semaines plus tard, le 53e occupe en Champagne le secteur de la ferme Beauséjour et « participe du 16 au 21 mars, à une série d’attaques et de contre-attaques sans résultat appréciable. » Le 18 mars 1915, une attaque d’envergure est projetée sur la tranchée nord-sud dans le Ravin des Cuisines : « L’attaque brillamment menée par le commandant de Vérez réussit, mais un fortin dissimulé n’a pu être détruit par l’artillerie, et une contre-attaque ennemie réduit à néant les résultats acquis au prix de pertes sensibles » dont la mort du commandant de Vérez tué au champ d’honneur à Beauséjour (Marne), le 18 mars 1915 à l’âge de 54 ans.

Purenne Auguste-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Matelot de 2e classe
Cuirassé Bouvet
1885-1915
Disparu en mer

Né à Étel (Morbihan), le 10 octobre 1885, de Louis, Marie, Honoré Purenne, marin et de Monique Le Garrec. Il épouse à Lorient, le 19 novembre 1908, Maria, Eugénie, Joséphine Nozachmeur. Recrutement de Lorient. Matricule 2619/251. Classe 1905. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 29 ans. Il habitait 77 rue Carnot à Lorient.

Saisset Jules-Antoine-Nicolas

Lieutenant de vaisseau
Chevalier de la Légion d’honneur (1904)
Cuirassé Bouvet
1868-1915
Disparu en mer

« Alors que son bâtiment torpillé deux fois était sur le point de chavirer, a donné l’exemple du calme le plus admirable en faisant le sacrifice de sa vie pour permettre à un plus grand nombre des hommes de l’équipage de prendre place dans les embarcations. A été englouti avec son bâtiment. »

Né à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 29 novembre 1868, de Marie, Joséphine Saisset. Il entre à l’École navale en 1886 et est nommé aspirant le 5 octobre 1889. Après diverses affectations à la mer, sur les cuirassés Amiral-Baudin et Amiral-Tréhouart, il retrouve Brest et le croiseur-cuirassé Edgard-Quinet avant d’être nommé commandant du contre-torpilleur Étendard. Il est affecté le 1er janvier 1914 sur le cuirassé Bouvet en tant qu’officier de sécurité. Il disparaît en mer à bord de ce navire, le 18 mars 1915 à l’âge de 47 ans.

Scolan Charles-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître charpentier
Cuirassé Bouvet
1882-1915
Disparu en mer

Né à Riantec (Morbihan), le 28 décembre 1882, de Joseph, Julien Scolan, charpentier et d’Yvonne, Françoise Jubin, ménagère. Il épouse à Locmiquélic (Morbihan), le 4 juillet 1909, Angélique, Marie, Amélie Raude. Recrutement de Lorient.  Matricule 652/2198. Classe 1902. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 32 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Brigitte de Merville, le lundi 10 mai 1915. Il habitait 45 rue Claire Droneau à Lorient.

Squéren Clément-François-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Quartier-maître mécanicien
Cuirassé Bouvet
1894-1915
Disparu en mer

Né à Brest (Finistère), le 31 décembre 1894, de Clément, Marie Squéren, polisseur sur marbre et de Marie, Anne Le Bon. Matricule 239843. Classe 1914. Il  disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 20 ans. Il habitait 2 rue Duguesclin à Lorient. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Brigitte de Merville, le jeudi 1er avril 1915. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor et sur le monument aux morts du cimetière de Carnel à Lorient.

Thomas Eugène-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Deuxième maître mécanicien
Cuirassé Bouvet
1878-1915
Disparu en mer

Né à Lorient, le 17 novembre 1878, de Joseph, Nicolas Thomas, charpentier au port et de Virginie, Marie Samson. Époux d’Adélaïde, Ernestine Fichau. Recrutement de Lorient. Matricule 1002/816. Classe 1898. Il disparaît en mer à bord du cuirassé Bouvet, le 18 mars 1915 à l’âge de 36 ans. Il habitait 129 rue Édouard Beauvais à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Kerentrech.