15 septembre 1914 - 5 Morts pour la France

Colcanap Charles-Félix

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sergent major
124e Régiment d’infanterie
1892-1914

Né à Saint-Fulgent (Vendée), le 30 décembre 1892, de Charles, René Colcanap, gendarme et d’Anne, Marie, Cécile Le Penven. Recrutement de Lorient. Matricule 45. Classe 1912. Enfant de troupe à l’École militaire des Andelys, il est affecté au 124e régiment d’infanterie. Il est tué à l’ennemi à Moulins-sous-Touvent (Oise), le 15 septembre 1914 à l’âge de 21 ans. Il habitait 1 rue Ernest Renan à Lorient. Son nom figure sur le monument commémoratif 1914-1918 de l’école militaire des Andelys dans l’Eure. La famille Colcanap perd trois enfants à la guerre. Charles est le premier, puis Auguste (18 mars 1915) et Paul  (30 septembre 1916).

Doucet Robert-Joseph-Jérôme

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Capitaine d’État-Major
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre avec palme
Chevalier de l’ordre de l’Étoile d’Anjouan
Chevalier de l’ordre du million d’éléphants du Laos
3e Division d’infanterie coloniale
1878-1914

Né à Martizay (Indre), le 6 novembre 1878, de Jules, Jérôme Doucet, ingénieur civil et de Sophie, Josèphe Lefebvre. Il épouse à Lorient, le 17 août 1903 Marie, Angèle, Laurence Martialis. Ce Saint-Cyrien de la 81e promotion « la Première des Grandes Manœuvres » 1896-1898 est affecté à la sortie de l’École spéciale militaire au 62e régiment d’infanterie. Après diverses affectations, il rejoint le 3e puis le 2e régiment d’infanterie coloniale et sert de 1901 à 1903 à Madagascar. Il sort de l’École de guerre en 1906 et poursuit sa carrière en Indochine. Après de nombreuses années à Hanoï, le capitaine Doucet revient en juillet 1914 retrouver sa famille à Lorient pour un congé bien mérité. Hélas, la déclaration de guerre met un terme à ce séjour familial et c’est confiant qu’il part au front.
Quelques semaines plus tard, il est tué à l’ennemi à Ville-sur-Tourbe (Marne), le 15 septembre 1914 à l’âge de 35 ans. Dans son édition du 27 septembre 1914, Le Nouvelliste du Morbihan relate la mort glorieuse du jeune officier : « Il venait de déjeuner avec ses camarades et ses chefs. Soudain le branlebas de combat retentit. Tous les officiers sautent à cheval et l’héroïque épopée commence. Les troupes sont sous le feu. Les officiers donnent des ordres brefs au milieu du sifflement des balles et du crépitement des obus. Très maître de lui, très jovial, le capitaine Doucet lance un ordre : « En avant ! en avant pour la France ! » L’ordre s’exécute, mais une rafale de mitraille arrive du côté allemand. En avant ! en avant ! » crie le capitaine Doucet. Hélas ! ce devait être son dernier cri glorieux. Un obus arrive et broie la poitrine et le cœur du vaillant officier. En avant ! Mais c’était lui qui tombait pour cette Patrie, qu’il voulait toujours plus haute, plus grande, plus fière. » Ses obsèques se déroulent le lendemain, en la petite église de Courtémont, située à proximité du champ de bataille. Sur sa modeste tombe, quelques fleurs et une croix de bois portant l’inscription suivante :

Capitaine Doucet
tué le 15 septembre 1914
à Ville-sur-Tourbe

Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le jeudi 8 octobre 1914. Par la suite, il est inhumé à la nécropole nationale Le Pont du Marson à Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus dans la Marne. Tombe n° 9005. Il habitait 44 rue de l’Hôpital à Lorient. Son nom figure sur le tableau commémoratif de la commune de Courtémont dans la Marne.

Le Loarer Louis-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
2e Régiment d’infanterie coloniale
1885-1914

Né à Trébeurden (Côtes-d’Armor), le 26 février 1885, d’Yves, Marie Le Loarer, cultivateur et de Marie, Anne Le Gaffric, ménagère. Recrutement de Guingamp. Matricule 07469/336. Classe 1905. Il est tué à l’ennemi à Ville-sur-Tourbe (Marne), le 15 septembre 1914 à l’âge de 29 ans. Il serait inhumé au cimetière de Trébeurden. Carré 9 - Tombe n° 734. Son nom figure sur le monument aux morts du cimetière de Trébeurden.

Le Saux Joseph-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
1er Régiment d’infanterie coloniale
1891-1914

Né à Lorient, le 27 juin 1891, de Joseph, Marie Le Saux, charcutier et de Maria Robic. Recrutement de Lorient. Matricule 8774/2665. Classe 1911. Il décède de ses blessures de guerre à l’hôpital mixte de Sézanne (Marne), le 15 septembre 1914 à l’âge de 23 ans. Il habitait 87 rue de la Villeneuve à Lorient.

Maurice Joseph-Christophe

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Caporal
6e Régiment d’infanterie coloniale
1886-1914

Né à Lorient, le 10 décembre 1886, de Joseph, Louis Maurice, charpentier au port et de Marie-Catherine Le Du. Recrutement de Lorient. Matricule 6780/1131. Classe 1906. Ce militaire de carrière est tué à l’ennemi à Saint-Benoît (Vosges), le 15 septembre 1914 à l’âge de 27 ans. Il habitait 46 rue de Larmor à Lorient. Son nom figure sur le livre paroissial de l’église Sainte-Brigitte de Merville.