7 octobre 1914 - 3 Morts pour la France

Barbin Robert-Jules-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sergent
62e Régiment d’infanterie
1887-1914

Né à Lorient, le 9 février 1887, d’Édouard, Joseph Barbin, lieutenant de vaisseau et d’Anne, Marie Robert. Recrutement de Lorient. Matricule 415/1226. Classe 1907. Employé au ministère de la Marine de 1911 à 1914, il est affecté au 62e régiment d’infanterie et est tué à l’ennemi à Authuille (Somme), le 7 octobre 1914 à l’âge de 27 ans. Sa disparition est relatée par le commandant de la compagnie : «Le mardi 6 octobre, à la tombée de la nuit, le bataillon qui assurait la défense du bois fut brusquement assailli par l’ennemi. Sous une pluie de balles, le brave sergent Barbin fit exécuter par sa section quelques salves bien nourries. Malheureusement son courage le rendit téméraire et, pour mieux se faire entendre de ses hommes, il se découvrit de presque tout son corps. C’est à ce moment que la balle fatale est venue le frapper à la tempe, occasionnant sa mort immédiate. Le sergent Barbin, arrivé à la 3e compagnie depuis le 28 septembre 1914 était le chef parfait. Il avait déjà eu, en différentes  circonstances, à faire face avec sa section, à des situations difficiles et périlleuses et s’était toujours acquitté de sa mission d’une façon admirable.»
Il est inhumé à la nécropole nationale d’Albert dans la Somme. Tombe n° 1686 bis. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis, de l’institution Saint-Louis et sur la stèle du lycée de Lorient. Quelques lignes sur la sépulture de la famille au cimetière de Carnel, rappellent sa disparition. Carré 36 - Tombe n° 111. Il habitait 1 rue Audren de Kerdrel à Lorient.

Bétermin Jules-André

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sapeur de 2e classe
3e Régiment du génie
1888-1914

Né à Bellicourt (Aisne), le 8 juin 1888, de Clovis, François, Auguste Bétermin, manouvrier et de Marie, Catherine, Florine Doyé, ménagère. Il épouse à Bellicourt, le 25 octobre 1913 Cléocine, Victorine Malézieux. Recrutement de Saint-Quentin. Matricule 04229/951. Classe 1908. Il décède de ses blessures de guerre à l’ambulance coloniale n°3 à Sainte-Menehould (Marne), le 7 octobre 1914 à l’âge de 26 ans. Il est inhumé à la nécropole nationale de Sainte-Menehould. Ossuaire 1. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis à Lorient et sur le monument aux morts de Bellicourt.

Hamon Guillaume

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Sergent
Croix de guerre avec étoile de vermeil
62e Régiment d’infanterie
1883-1914

Né à Paule (Côte-du-Nord), le 5 novembre 1883, de Jean, Joseph Hamon, laboureur et de Marie, Joseph Boudehent, ménagère. Il épouse à Lorient, le 27 février 1912 Henriette, Louise Cariou. Recrutement de Lorient. Matricule 16545/1093. Classe 1903. Le 3 août 1914, il est mobilisé au 62e régiment d’infanterie et décède de ses blessures de guerre à l’hôpital de Bapaume (Pas-de-Calais), le 7 octobre 1914 à l’âge de 30 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Brigitte de Merville, le jeudi 7 octobre 1915. Sa dépouille mortelle est rapatriée du front, le samedi 1er juillet 1922 à Vannes puis à Lorient. Il habitait 31 rue de Larmor à Lorient.