6 octobre 1914 - 3 Morts pour la France

Costebonel Paul-Léon

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Colonel
Officier de la Légion d’honneur (1908)
Officier du Nicham-Iftikar
Médaille coloniale avec agrafe Tunisie
Croix de guerre
62e Régiment d’infanterie
1855-1914

Né à Bioule (Tarn-et-Garonne), le 1er février 1855, de Jean, Prosper Costebonel, instituteur public et de Jeanne, Marie, Louise Fourment. Il épouse à Paris, le 7 décembre 1886 Jeanne, Marie, Louise, Inès Ressigner. Recrutement de Montauban. Matricule 838. Classe 1875. Ce Saint-Cyrien de la 60e promotion «Dernière de Wagram» 1875-1877 commence sa carrière en Tunisie et en Algérie avant d’intégrer l’École supérieure de guerre. Chef de bataillon, il est nommé en 1904, professeur de topographie à l’École spéciale militaire. Après diverses affectations, il «prend» le commandement du 62e régiment d’infanterie. Le 7 août 1914, il quitte Lorient à la tête de son régiment et est tué à l’ennemi au combat de Hamel (Somme), le 6 octobre 1914 à l’âge de 59 ans. Sa mort cause une intense émotion dans la population qui se souvenait de ses paroles lors du départ du 62e alors qu’il indiquait aux soldats «le chemin du devoir et de la grandeur, du sacrifice que la patrie attend d’eux.» Lors du conseil municipal du 17 octobre 1914, le maire de Lorient évoque l’homme «qui commandait avec tant de distinction notre 62e régiment et dont la perte a été si douloureusement ressentie par la population de notre patriotique cité.» Quelques semaines plus tard, les autorités civiles et militaires et une foule considérable entourent les familles en deuil lors du service solennel de Requiem célébré en l’église Saint-Louis, à la demande des familles et des officiers pour le repos de l’âme du colonel Costebonel, des officiers et soldats des 62e et 262e de réserve d’infanterie, morts au champ d’honneur. Lors de cette cérémonie le chanoine Jaffré, curé-archiprêtre de la paroisse rend un «suprême hommage à l’héroïsme, à l’esprit d’abnégation puisé dans leur profonde foi chrétienne, du colonel Costebonel et de ses soldats tombés autour de lui pour la défense du drapeau commun» et rappelle qu’il avait vu la veille du départ le valeureux colonel qui «partait pour le front comme à une promenade militaire, plein de confiance, d’espoir, de sang-froid. Alliant le courage chrétien au courage militaire. Il avait communié à la tête d’un grand nombre d’officiers et de soldats du régiment qu’il était fier de commander.» Il termine en exprimant «au martyr, au héros, frappé pour la sainte cause du droit et de la patrie, son hommage admiratif pour sa mort glorieuse.» Une messe anniversaire est célébrée en «la petite église» de Senlis, le 6 octobre 1918. Il habitait la rue du Port à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis à Lorient et sur le monument aux morts de Bioule dans le Tarn-et-Garonne. Le général de Castelnau le cite à l’ordre du jour de l’armée : «Blessé très grièvement au combat du 5 octobre, s’est tout particulièrement distingué dans un moment critique, par sa bravoure, son énergie, son calme et son coup d’œil. A maintenu, par son action personnelle, sa brigade au feu, sous une canonnade intense. A donné à tous l’exemple des plus hautes vertus militaires. Est mort à l’ambulance le 6 octobre 1914.»

Le Dall Auguste-Joseph-Marie

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
6e Régiment d’infanterie coloniale
1891-1914

Né à Vannes (Morbihan), le 1er octobre 1891, de Joseph, Mathurin Le Dall, ouvrier fabricant de caisses et de Louise, Héloïse Le Bohec, ménagère. Recrutement de Lorient. Matricule 5929/2583. Classe 1911. Il est tué à l’ennemi à Loupmont (Meuse), le 6 octobre 1914 à l’âge de 23 ans.

Le Scanvic Julien-Alexis

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe mitrailleur
41e Régiment d’infanterie
1891-1914

Né à Lorient, le 21 avril 1891, de Julien, Marie Le Scanvic, débitant de boissons et de Félicité, Reine, Marie Quémener. Recrutement de Lorient. Matricule 4080/2667. Classe 1911. Il est tué à l’ennemi à Neuville-Vitasse (Pas-de-Calais), le 6 octobre 1914 à l’âge de 23 ans. Il serait inhumé au cimetière de Neuville-Vitasse. Une messe est célébrée pour le repos de son âme en la chapelle de l’école Saint-Joseph, le dimanche 18 novembre 1917. Il habitait 17 rue de Merville à Lorient. Son nom figure sur la stèle commémorative de l’école Saint-Joseph.