21 décembre 1914 - 5 Morts pour la France

Goalou François-Yves

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
44e Régiment d’infanterie coloniale
1883-1914

Né à Querrien (Finistère), le 9 mai 1883, de Guillaume, Pierre Goalou, meunier-cultivateur et de Marie Le Naour, Meunière-cultivatrice. Il épouse à Lorient, le 29 septembre 1910, Jeanne, Louise Barzic. Recrutement de Quimper. Matricule 02389/3779. Classe 1903. Il est tué à l’ennemi à Boureilles (Meuse), le 21 décembre 1914 à l’âge de 31 ans. Il habitait 135 rue de Larmor à Lorient.

Goëlo Toussaint-Jean

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
44e Régiment d’infanterie coloniale
1882-1914

Né à Lorient, le 3 mars 1882, de François, Marie Goëlo, matelot vétéran au port et de Marie, Josèphe Le Faouéder. Il épouse à Lorient, le 18 mars 1901, Françoise Le Luhendre. Recrutement de Lorient. Matricule 01080/277. Classe 1902. Employé des établissements maritimes du port de Lorient, il est mobilisé en octobre 1914 au 44e régiment d’infanterie coloniale et est tué à l’ennemi à Boureuilles (Meuse), le 21 décembre 1914 à l’âge de 32 ans. Son nom figure sur le monument aux morts de Keryado.

Guilleré Émile-Henri

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe
9e Bataillon colonial du Maroc
1896-1914

Né à Keryado (Morbihan), le 19 décembre 1896, de Roch Guilleré, marin vétéran et de Marie-Anne Delliou, ménagère. Engagé volontaire à 17 ans et demi en septembre 1914, il est tué à l’ennemi à Mametz (Somme), le 21 décembre 1914 à l’âge de 18 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le mercredi 7 avril 1915. Il habitait la rue Traverse du Polygone à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor.

Leblanc Michel-Émile

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Colonel
Officier de la Légion d’honneur
Croix de guerre avec palme
Officier du Nichan-Iftikhar
Médaille coloniale Tunisie
61e Régiment d’infanterie
1860-1914 

«Officier supérieur d’une rare énergie et de la plus haute valeur morale ; a su faire de l’unité qu’il commandait un régiment d’élite à la tête duquel il est tombé glorieusement en avant de Béthincourt, le 21 décembre.»

Né à Aubusson (Creuse), le 20 octobre 1860, de Michel, Régis Leblanc, capitaine de frégate, officier de la Légion d’honneur, commandant de la Frégate à vapeur « Le Mogador » en station à Beyrouth et de Thérèse, Emma Rogier. Il épouse à Louviers (Eure), le 13 octobre 1890 Étiennette, Joséphine, Marie Marquet. Recrutement de Guéret. Matricule 1113. Classe 1880. Ce Saint-Cyrien de la 64e promotion des «Drapeaux» 1879-1881 est nommé à la sortie de l’École spéciale militaire au 30e puis au 10e bataillon de chasseurs à pied. Il effectue une partie de sa carrière en Tunisie et en Algérie. Après diverses affectations, il suit les cours de l’École supérieure de guerre de 1887 à 1889 et est nommé chef de bataillon breveté en 1901 au 29e régiment d’infanterie. Il est affecté par la suite au 61e RI et quitte Privas en Ardèche le 6 août 1914 à la tête de ses hommes. C’est la Lorraine qui attend le régiment et la bataille de Dieuze (19 et 20 août 1914) où le colonel Leblanc reçoit sa première blessure. Quelques mois plus tard, il retrouve le commandement du régiment et se lance à l’attaque de la cote 281 et du bois de Forges. Lors de cet assaut, le colonel Leblanc est atteint d’une balle qui lui traverse la gorge. Transporté à l’ambulance  6/15 à Montzéville dans la Meuse, il demande : «La cote 281 est-elle prise ? – Oui mon colonel. – Alors, je meurs content.» Il décède quelques instants plus tard sans avoir repris connaissance. Il est déclaré tué à l’ennemi à Béthincourt (Meuse), le 21 décembre 1914 à l’âge de 54 ans.


Vigot Marcel-Antoine

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Soldat de 2e classe canonnier
9e Bataillon colonial du Maroc
1897-1914

Né à Lorient, le 10 août 1897, de Jacques, Louis Vigot charpentier au port et d’Antoinette, Virginie Leber, tailleuse. Recrutement de Lorient. Matricule 4.23945/276. Classe 1914/1917. Le 10 septembre 1914, il s’engage pour la durée de la guerre dans les troupes coloniales et est tué à l’ennemi à Mametz (Somme), le 21 décembre 1914 à l’âge de 17 ans. Il habitait 4 rue du Blavet à Lorient.