Lucas Georges-Alphonse-Léon

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Lieutenant
2e Régiment d’infanterie coloniale
Disparu au combat
1886-1914

Né à Lorient, le 20 juillet 1886, de Georges, Antoine Hervé Lucas, avoué et de Julie, Justine, Caroline Rabot. Recrutement de Lorient. Matricule 741. Classe 1906. Ce Saint-Cyrien de la 91e promotion du « Centenaire » 1906-1909 est affecté à la sortie de l’École spéciale militaire au 6e régiment d’infanterie coloniale. Il passe ensuite au 2e régiment d’infanterie coloniale à Brest dans le Finistère. À la mobilisation, il part au front avec ce dernier régiment et disparaît au combat de Rossignol (Belgique), le 22 août 1914 à l’âge de 27 ans. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Saint-Louis, le mercredi 9 décembre 1914. À cette occasion, le chanoine Jaffré, curé-archiprêtre de la paroisse exalte le sacrifice des soldats : « Ils ont donné leur sang pour opposer leurs poitrines à l’invasion des hordes ennemies, et c’est à ce prix qu’ils y sont parvenus. » Il était le neveu du commandant Rabot, tué à Dixmude en Belgique, le 10 novembre 1914. Il habitait 28 rue de la Mairie à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Saint-Louis, de l’institution Saint-Louis, du lycée et sur le monument aux morts du cimetière de Carnel à Lorient. Il est également inscrit sur le mur de clôture du mémorial de Sainte-Anne d’Auray dans le Morbihan.