Levey Charles-Emmanuel-Eugène

© Mémoire des Hommes
© Mémoire des Hommes

Lieutenant
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre avec palme
Médaille commémorative avec agrafe Maroc
9e Bataillon de chasseurs à pied
1883-1914

« Officier merveilleux de courage, de sang-froid et d’endurance, a fait preuve d’une valeur exceptionnelle. S’est fait tuer bravement à la tête de ses hommes. »

Né à Lorient, le 27 avril 1883, de Charles, Louis, Désiré Levey, maître dessinateur de la marine et de Sylvérie, Marie, Josèphe Prat. Recrutement de Lorient. Matricule 199/1158. Classe 1903. Il est tué à l’ennemi à Virton-Bellefontaine (Belgique), le 22 août 1914 à l’âge de 31 ans.
Ce Saint-Cyrien de la 89e promotion du centenaire « d’Austerlitz » 1904-1906 est affecté à la sortie de l’École spéciale militaire comme sous-lieutenant au bataillon de chasseurs à pied à Rémiremont dans les Vosges. Engagé avec son régiment dans la campagne du Maroc, il se fait rapidement remarquer par son enthousiasme et  ses qualités militaires. Le Nouvelliste du Morbihan dans son édition du mercredi 16 septembre 1914 rend un vibrant hommage au jeune officier atteint par une balle allemande en plein cœur « alors qu’il entraînait à l’assaut sa valeureuse compagnie.» Il rend compte de sa jeune carrière au service de son pays et note que le 6 août 1914, à la bataille de Spincourt dans la Woëvre, sa brillante conduite lui avait valu une nouvelle citation à l’ordre de l’armée : « S’est particulièrement distingué dans les combats livrés du 4 au 10 août 1914. »

Il est inhumé au cimetière militaire franco-allemand 1914-1918 de Bellefontaine en Belgique. Tombe n° 53. Un service funèbre est célébré pour le repos de son âme en l’église Sainte-Anne d’Arvor, le jeudi 24 septembre 1914. Il habitait 16 rue de Kerolay à Lorient. Son nom figure sur les plaquettes commémoratives de l’église Sainte-Anne d’Arvor, du lycée et sur le monument aux morts du carré militaire du cimetière de Carnel à Lorient. Mais également sur la stèle située sur le mur extérieur de la caserne Gazan à Antibes dans les Alpes-Maritimes, honorant les officiers du 9e BC, tombés au champ d’honneur. Son frère Paul disparaît en mer le 28 décembre 1916.