Le front d'Orient

Les Dardanelles

Cartes du front : Dardanelles et Bosphore
Vaincre aux Dardanelles, 1915
Cartes du front : Dardanelles et Bosphore
Cartes du front : Dardanelles et Bosphore
Vaincre aux Dardanelles, 1915
Vaincre aux Dardanelles, 1915

Face à l’enlisement du front occidental et les défaites russes sur le front oriental, les alliés décident d’ouvrir un nouveau front. L’Allemagne s’intéresse depuis longtemps à la route terrestre des Indes par la Turquie et la Mésopotamie. Cette concurrence est mal perçue par les Britanniques.

Le 28 octobre 1914, La Turquie entre en guerre aux côtés de la Triple-Entente. Sous l’impulsion du premier Lord de l’Amirauté Winston Churchill, il est décidé de lancer une campagne dans le détroit des Dardanelles. La Grande-Bretagne, la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande s’engagent dans l’opération. Celle-ci a plusieurs objectifs : s’emparer d’Istanbul, éliminer l’Empire ottoman de la guerre, entraîner le ralliement de la Bulgarie et de la Grèce, rouvrir la liaison avec la Russie qui a été barrée en automne 14 par la Triple-Entente.

L’organisation de cette campagne prend du temps laissant l’opportunité à la Turquie de commencer à fortifier ses côtes. L’expédition débute le 19 février 1915 sur mer. La flotte alliée bombarde les forts d’entrée du détroit et occupe l’île de Lemnos. Les forces navales rencontrent de nombreuses mines sous-marines et font face à l’artillerie lourde turque. Les alliés perdent un tiers de leurs bâtiments.

Le Bouvet, navire lorientais, en fait partie. Il heurte une mine et coule après avoir fini sa mission le 18 mars. 18 Lorientais y laissent leur vie. A partir du 25 avril, la campagne se déroule sur terre sur la presqu’île de Gallipoli. 750 000 hommes sont débarqués. A mesure que les mois avancent, le nombre de morts s’accentue avec la chaleur de l’été, la dysenterie, la soif, les insectes...

Le 14 octobre 1915 la Bulgarie entre en guerre contre la Serbie, la majorité des troupes alliées est alors évacuée de la presqu’île, le 9 janvier 1916 et transférées à Salonique en Grèce pour combattre le nouvel ennemi. Quelques soldats restent pour défendre les positions et masquer l’opération. 180 000 soldats meurent lors de la campagne, dont 30 000 Français. L’Australie et la Nouvelle-Zélande perdent le plus d’hommes dans cette campagne. Le 25 avril est un jour férié dans ces pays.