1918

1918 : Réquisition du Casino par les Américains pour un hôpital militaire.

6 janvier : Le chalutier Saint-Mathieu soutient un dur combat contre un sous-marin ennemi. Trois Lorientais y laissent leur vie.

22 janvier : La base américaine de dirigeables ouverte à la Trinité-sur-mer est opérationnelle.

31 janvier : Le poids et la forme du pain sont réglementés par la municipalité à cause d'une baisse des quantités de farine mises à disposition de la ville par le ravitaillement. Pour le maintien de l'ordre public, le partage du pain à domicile est interdit. La vente de pain aux personnes étrangères à la commune est interdite. Les boulangers ne peuvent vendre que du pain rassis (cuit depuis au moins douze heures).

18 mars : Mort de Jean-Corentin Carré du Faouët, considéré comme le plus jeune poilu français (15 ans).

30 mars : L'Etat demande à la Ville de créer un frigorifique. Celui-ci est destiné à recevoir le poisson des cargos spéciaux de fort tonnage venant de lieux de pêches éloignés. Le conseil municipal étudie un emplacement en lien avec le futur port de pêche.

13 mai : Interdiction de vendre de la viande pendant trois jours. 30 mai : Face à une hausse des prix de la viande, la Ville décide de créer une boucherie municipale rue Paul Bert. Celle-ci a pour but d'apporter plus de régularité dans le marché et d'entrainer une diminution des cours.

Institution du ticket de pétrole pour satisfaire les besoins d'éclairage familiaux. La vente est faite chez les épiciers de la Ville. Chaque famille dispose d'environ un litre par mois.

Une carte de charbon est mise en place. A cause de la guerre la production nationale de charbon est réduite ainsi que son importation. Chaque famille est classée selon différents critères : l'usage ou non d'appareils à gaz, le nombre de personne composant la famille, la différence de besoins entre les mois d'été et d'hiver.

1er août : Un Institut marin antituberculeux ouvre à Kerpape (Ploemeur). Ce sanatorium a pour mission d'accueillir les enfants touchés par la tuberculose. L'alcoolisme et l'insalubrité des logements sont les principales causes de la diffusion croissante du virus. Le Morbihan est l'un des départements les plus tuberculisés.

20 septembre : Le sous-marin Circé est coulé par un sous-marin ennemi près des côtes autrichiennes. Deux Lorientais meurent.

6 au 30 octobre : Afin d'éviter l'éclosion et la propagation des maladies contagieuses dont l'épidémie de grippe qui sévit, les établissements de spectacle sont fermés.

Lorient est la seule ville du Morbihan touchée par la grippe espagnole : on dénombre 216 victimes.

L'Espagne est désignée comme étant à l'origine de la grippe. Pays neutre, il est suspecté et accusé de laisser des agents allemands opérer sur son territoire et de vouloir affaiblir les alliés par des bacilles et virus volontairement diffusés. La fatigue, les privations et le manque de médecins accentuent l'épidémie.

10 novembre : Jean-Pascal Bourrouilh meurt au combat à Vrigne-Meuse (Ardennes), il a 29 ans. Il est le dernier Lorientais tué à l'ennemi.

299 morts