1915

11 janvier : La brigade des fusiliers marins reçoit son drapeau après s'être glorieusement battue à Nieuport et Dixmude.

Fin janvier : Suite à une demande de la chambre de commerce de Lorient, le port est ouvert provisoirement à l'importation de viandes frigorifiées destinées à l'alimentation de la population civile.

24 février : Le torpilleur Dague heurte une mine autrichienne dans le port d'Antivari et coule alors qu'il escorte un convoi de ravitaillement pour le Monténégro. Un tiers de son équipage est englouti dont quatre Lorientais.

18 mars : Le Bouvet heurte une mine dérivante et coule dans le détroit des Dardanelles. 18 Lorientais y laissent leur vie. L'opération à laquelle il participait avait pour but de rétablir les communications avec la Russie, régler la question du Proche-Orient, entraîner la Grèce et peut-être la Bulgarie et la Roumanie dans le conflit, et dégager le blé et les cargaisons alors immobilisés dans la mer Noire. Le Bouvet avait été lancé dans le port de Lorient en 1896

31 mars : Un Livre d'Or est ouvert afin d'inscrire le nom des Lorientais qui périront au cours de la guerre. Une Commission spéciale est chargée de remplir le registre. L'arrivée de chevaux destinés aux dépôts militaires, entraine la création de quatre écuries provisoires, rue du Finistère, rue de la Belle-Fontaine, place de la République et dans la cour de la Crèche de Merville.

27 avril : Le croiseur-cuirassé Léon-Gambetta est atteint par deux torpilles autrichiennes alors qu'il patrouille à l'extrême sud de l'Italie en mer Adriatique. 18 Lorientais meurent.

29 avril : La Ville installe des strapontins à l'usage des femmes employées dans les tramways, service réalisé habituellement par des hommes avant la mobilisation. Avril : Le sergent fourrier du 88e RIT, Loeïz Herrieu, commande pour la première fois dans l'histoire deux binioù et deux bombardes pour les deux bataillons de ce régiment.

Printemps : Le Morbihan devient un centre de formation et d'entrainement. La France est occupée au Nord et à l'Est. Les unités sont donc transférées dans le département. On réquisitionne de nombreuses écoles, manoirs, couvents mais aussi des récoltes... Cet afflux de soldats se ressent dans l'économie du Morbihan.

14 juillet : Le Préfet demande que la fête nationale ait un caractère exclusivement patriotique et commémoratif. Les réjouissances publiques et les illuminations sont proscrites.

29 octobre : Louis Nail (maire de Lorient de 1904 à 1912) est désigné Sous-secrétaire à la Marine.

21 novembre : Louis Nail demande à la ville de Lorient d'étudier la possibilité de créer un grand port de pêche sur l'Atlantique. Le port doit permettre à de nombreux chalutiers d'accoster à toute heure de marée et la création de nouveaux édifices doit être possible (halles de vente, usine de glace, parcs à charbon, gare d'embarquement).

25 novembre : Création d'une école professionnelle de rééducation des mutilés de guerre. Le Cours de Carnel est sous surveillance spéciale suite à la détérioration des arbres par des enfants et des soldats.

445 morts